AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Anderson
Inquisiteur de Classe 3
avatar

Bavardages : 16
Jour de mon arrivée : 01/08/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Archevêque
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Mar 16 Aoû - 16:29

Gabriel avait mené Kelly tout le long du chemin, il avait toujours tendu son bras à la jeune femme, non sa main. Mais qu’il ne le désire pas, mais c’était un réflexe qu’il ne possédait tout simplement pas. En tant que mutant assez spécial, le moindre contact pouvait être fatal à quiconque le prolongeait avec sa peau. Le Vatican lui avait à chaque fois fournit des vêtements capable sur le long terme de résister à son pouvoir, sa chaleur corporelle se diffusant continuellement il arrivait toujours où un moment toute matière finissait par bruler ou fondre à son contact. C’était une des raisons pour lesquelles il avait dû récupérer un nouveau costume, l’ancien ayant eu quelques dommages matériels irréversibles.

Sur le chemin ils ne rencontrèrent aucune difficulté particulière, certains passant se retournèrent sur le jeune couple ; Gabriel se contenta de les ignorer superbement, aucun d’eux ne pouvait comprendre, le Vatican lui-même ne comprendrait pas. Mais la plus grande question dans l’esprit de l’archevêque était de savoir si Dieu, lui, comprenait. Il pensait avoir sa réponse ce soir, s’il parvenait à accomplir convenablement sa mission alors c’était que Dieu était toujours avec lui et approuvait son choix. Mais s’il échouait… non il ne pouvait pas échouer.

Ils arrivèrent devant l’hôtel Saint Régis, l’un des plus vieux hôtels de la ville, Gabriel avait entendu dire que la plupart des fidèles d’une mutante qui se faisait appeler « Mystique » y résidait. Il n’avait pas d’affinité particulière avec les clans, il avait entendu parler de l’institut Xavier qui par le passé avait tenté de le recruter, de la Confrérie d’un dénommé Magnéto, les U-Men et ce genre de clan. Il n’avait reçu l’ordre que d’exterminer les ennemis de l’église et de la véritable Foi, ses ennemis était tout el monde et personne à la fois, ni clan, ni ordre, Gabriel vivait selon la volonté de Dieu, même les Inquisiteurs dont il faisait parti, il avait reçu l’ordre de les surveiller, bien qu’il adhère à une partie de leurs idées. Finalement, même si le Vatican venait à décevoir Gabriel, il pourrait se retourner contre eux. Le Saint Siège connaissait la nature solitaire d’Angel Dust et ils avaient prévu cet éventualité, s’il venait à être hors de contrôle, une unité spéciale avait été formé pour le neutraliser.

L’hôtel était un de ces vieux bâtiments au style français de la renaissance qui plaisait tant aux riches américains et étrangers qui venaient y séjourner, tout en lui respirait le luxe, des gens y pénétrant jusqu’au mobilier en passant par le service d’étage. Le portier ouvrit la porte à Gabriel, ce dernier le remercia en l’appelant par son prénom, visiblement ce n’était pas la première fois que le mutant venait en ces lieux. Le hall n’était qu’à l’image du reste du bâtiment, il transpirait le luxe et l’argent, les vêtements, les sols, les murs, le plafond… tout n’était que dollar investit judicieusement il y a quelques décennie par une riche famille devenue encore plus riche maintenant.
L’archevêque s’arrêta à l’entrée du bâtiment, il semblait observer les environs, il le plaça devant Kelly et lui tendit une clef magnétique, leur échange de regard devenu classique maintenant que cette journée prenait fin se fit une nouvelle fois. Gabriel semblait être devenu froid, il lui glissa simplement à l’oreille…


« Attends ici s’il te plait. Ne le prend pas mal, je t’expliquerai. Quand tu me verras prendre l’ascenseur tu iras après moi, 6ème étage, chambre 66, utilise la clef. Ne pose pas que question je t’y attendrai, personne ne te retiendra. »

Gabriel s’éloigna sans dire un mot supplémentaire et sortit de sa poche une petite bande de tissu blanche qu’il accrocha avec sa chemise autour de son cou, symbole de son engagement auprès de l’église. Il se rendit à la réception où la jolie réceptionniste le gratifia d’un sourire en l’appelant « Monseigneur », symbole de son rang d’archevêque parmi les plus haut placé. On lui remit une enveloppe qu’il glissa sous son bras. Un groom prit son costume encore sous film et l’accompagna jusque dans l’ascenseur et appuya sur le 6ème étage.
Gabriel prenait le même air supérieur que tous les clients de l’hôtel prenaient. Sur son chemin jusqu’à l’ascenseur, plusieurs personnes l’avait salué, non pas parce qu’ils le connaissaient, mais le simple distinctif de sa religion lui donnait cette importance non justifiée par la plupart des gens. On lui céda même la place pour qu’il puisse monter le premier, Gabriel ne se fit pas prier et les portes se refermèrent sur un homme qui semblait totalement différent de tout ce que Kelly avait connu au cours de cette journée.

Quand il pénétra dans la suite, ce n’était qu’une succession de luxe et de trésors, un salon aussi grand que 3 chambres d’hôtels standard. Il y avait en tout 5 pièces en comptant une salle d’eau et la chambre. Chaque pièce faisait au bas mot 25m², ce à quoi il fallait ajouter l’immense balcon qui donnait sur un bureau, le salon et la salle à manger. Ce balcon était en fer forgé, le sol en planches de bois et entièrement isolé par des plantes grimpantes tout autour, rosiers, lierre se disputait la place. Dans le coin du balcon, à l’abri des regards se trouvait un jacuzzi que l’archevêque n’utilisait jamais. La salle d’eau comprenant une baignoire, une douche et un lavabo séparé lui était bien suffisante. Chaque robinet était quelque part couvert d’or ou d’argent. Dans le salon avait été aménagé une cheminer totalement fonctionnelle, autour de laquelle se trouvait deux magnifiques fauteuil et un tapis au sol.
Dans l’autre coin du salon était un grand canapé d’angle qui donnait sur une tv géante écran plat. C’était la première pièce dans laquelle on rentrait après avoir passé le petit hall où se trouvaient une commode et un porte manteau. Face à la baie vitrée du salon, sur la gauche se trouvait la chambre avec son lit deux places et un mini bar, dans la continuité de la laquelle était la salle de bain. A droit de cette baie vitrée se situait la salle à manger et encore un peu plus loin, le petit bureau qui lui n’excédait pas les 15m².
Le tout était décoré assez sobrement, rien, hormis les vêtements n’appartenait à Gabriel, il n’emmenait jamais avec lui de photo ou quoique se soit dans ce style, partir précipitamment était devenu une seconde nature chez lui. Il posa négligemment l’enveloppe qui lui avait été remise à la réception, après l’avoir consulté, sur la petite table basse devant le canapé, l’enveloppe s’ouvrit légèrement laissant dépasser le visage d’une femme brune, de toute évidence très riche, ainsi qu’une fiche d’identification.

Il entendit la porte s’ouvrir, Kelly apparaissait à ce moment là…


« J’ai eu peur que tu ne décide de partir » dit il assez gêné passant son bras derrière sa nuque.

Il se servit un verre d’eau dans le mini bar du salon et proposa toute autre que Kelly désirait. Si elle ne l’avait pas encore comprit, ici il n’y avait aucune limite en quoique se soit, elle pouvait obtenir tout, tout de suite, sans le moindre effort quel qu’il soit.
Gabriel tourna le dossier vers elle et la fit s’asseoir à côté de lui, il sortit la photo de la femme d’une quarantaine d’année, elle avait fait fortune dans l’import export, mais plus illégalement, elle détournait très souvent des fonds destinés à plusieurs pays du tiers monde, certain fond faisant partit des dons du Vatican, elle devait « s’expliquer » de ce comportement.

Gabriel déposa ses deux armes à côté du dossier et regarda Kelly, son visage était redevenu celui que la jeune femme avait vu au cours de la journée, même s’il semblait quelque peu tendu.


« Je suis l’archevêque Gabriel Anderson, au service de Sa Sainteté le Pape Benoit XVI, j’obéis aux ordres du Vatican et je fais partit d’une section secrète de ce dernier qui a pour but d’éliminer ceux qui ne respectent pas la Loi du Saint Siège et les précepte de la Religion après avoir traité avec nous, c’était le cas de ce prêtre tout à l’heure, c’est el cas de cette femme. Elle a détourné des fonds offert par le Vatican à son commerce pour la construction d’usine dans les pays en développement où elle fait travailler des enfants et d’autres personnes. Mais je préfère te prévenir, mes missions ne sont pas toutes aussi louables, je ne peux cependant pas les refuser ni m’y soustraire, si un jour je venais à en manquer une je serai exécuté, s’ils venaient à apprendre ton existence, ils voudraient t’exécuter. C’est pour cela que le temps que cette mission se termine… »

Son téléphone sonna une nouvelle fois, il décrocha et parla aussitôt en italien (mais vu que je ne parle pas italien on fera comme si c’était de l’italien : p)…

« Anderson (son teint devint pâle) votre Sainteté ! Vous ?! Mais comment ? C’est un honneur ! A New York oui (il se leva et commença à se rendre sur la terrasse montrant la salle de bain à Kelly après la chambre, il referma la baie vitrée et elle ne put entendre le reste de leur conversation). Oui, bien entendu, par le Saint Siège je le ferai. La mission de ce soir sera une réussite soyez en certain… comment ? Vous ? En personne ? Quand ? Officiellement ? Bien, bien tout sera prêt… Que Dieu vous garde votre Sainteté. »

Il raccrocha, l’air sombre pendant de longue minute appuyé contre le rebord de balcon il dirigea sa tête vers le ciel pour tenter d’y trouver une réponse alors que al lune montait au dessus de central Park qui s’étendait à ses pieds. Le pape, le pape en personne allait se déplacer pour une visite officielle aux inquisiteurs, s’il apprenait l’existence de Kelly s’en était terminée de lui. Il avait une semaine pour trouver un plan. Et cela serait certainement à peine suffisant.
Il se rendit dans le salon après avoir déposé sur le lit la robe de soirée que Kelly avait choisit pour qu’elle l’enfile après s’être délassé, il remarqua sur les draps un panda en peluche, pas très grand mais terriblement doux, un cadeau de la réception. Cela ne l’ému pas particulièrement et il se posa dans le canapé, démontant soigneusement ses deux armes, il entreprit de les nettoyer en attendant qu’elle ait fini de se préparer. Gabriel était toujours soigneux et méticuleux dans tout ce qu’il entreprenait, entièrement démontée chaque pièce fut passée au peigne fin et correctement huilé. Il entendit un bruit dans la pièce d’à côté, Kelly avait terminée de se préparer, lorsqu’elle parue devant lui, elle était véritablement radieuse, il resta un moment interdit, se leva vers elle et déposa un tendre baiser dans son cou avant de s’éclipser à son tour dans la salle de bain.
Il ne mit pas longtemps, le gala commençait dans deux heures et bien que Kelly ne le sache pas encore, Gabriel en était l’un des invités d’honneur. Lorsqu’il réapparut devant elle, il portait son habit du Vatican, une longue soutane noire avec des bandeaux roses, habit traditionnel des archevêques.


« Ne me regarde pas comme ça, tu sais qui je suis, et j’ai parfois certaines contraintes quant à mes obligations. Nous devons jouer ce jeu, nous n’avons pas le choix que de suivre leurs règles pour le moment. Allons maintenant. »

Il reprit ses armes sur la table, les remonta et les dissimula dans sa soutane, puis se dirigea vers la porte et le lui ouvrit, galant au possible, ils prirent ensemble l’ascenseur qui les menait dans une des plus grandes salles de réception de l’hôtel, tous étaient là, quelques têtes connues, des vedettes de cinéma, tous et toutes endimanché dans leurs magnifiques habits. L’arrivée de Gabriel fut remarqué, et il fut saluer ainsi que la délicieuse créature qui se trouvait à ses côtés. Il la présenta comme une des apprentie exorciste qui venait tout droit du Vatican, pieux mensonge car en aidant Gabriel à tuer le prêtre elle avait fait un acte de Foi au service du Saint Siège, quoiqu’il en soit, la plupart des gens présents connaissait de nom ou de vue l’archevêque, ce dernier se plia bien volontiers à chaque salutation, ayant reprit son air hautain qu’il avait en arrivant à l’hôtel.
La cérémonie commença quelques minutes plus tard, on leur servirait un somptueux dîner au fur et à mesure de les lots seraient présentés, ils avaient bien entendu tous une coupe de champagne à la main, Gabriel faisait exception avec un flûte… d’eau. On le fit asseoir à la table d’honneur juste à côté de sa futur victime, il la salua respectueusement et lorsque la présentation du menu (tout ou presque exclusivement à base de poisson ce qui eut pour effet de réjouir Gabriel), on présenta l’archevêque qui se rendit sur scène, sa main n’effleura pas celle de Kelly bien qu’il en eut terriblement envie. Par Dieu c’était insupportable, ne pas la toucher, devoir être aussi froid et pourtant, d’extérieur on aurait parié qu’il n’avait aucun remord.
C’est alors que Gabriel commença son discours, les spotes sur lui il illuminait de sa traditionnelle aura et ses yeux bleus resplendissaient dans la salle. Il y eut certain commentaires féminins comme quoi s’il n’était pas prêtre… enfin inutile de faire un dessin. La voix de l’archevêque commença avec un signe de croix suivit par tous dans la salle, indubitablement de fervent chrétiens, ou qui faisaient tout pour en avoir l’air.


« Je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Je sais que certain d’entre vous auraient voulu que je parle latin, mais je crois qu’une majorité ici présente se verrai un peu dépassé (il y eut quelques rires forcés). Nous sommes ici rassemblés aujourd’hui pour célébrer la générosité et l’acte de Foi que vous allez tous faire lors de cette vente. Je ne suis pas un homme commercial, je suis un fidèle de notre Seigneur et de Dieu tout puissant. Je sais que l’on attend du Saint Siège qu’il prenne position quant à cette nouvelle forme de vie que nous avons découvert, les mutants et en tant que porte parole du souverain pontife je pourrais le faire. Néanmoins, aucune décision n’a été prise quant à ces êtres, alors laissez moi vous raconter quelque chose, Noé n’a-t-il pas sauvé toutes les créatures de ce monde, Moïse n’est il pas venu au secours du peuple perdu d’Israël ? En tant qu’archevêque voici ma position, nous ne savons pas depuis combien de temps les mutants sont parmi nous, ni même quel est leur but, certain d’entre nous les ont côtoyé depuis le départ, sans jamais être inquiété, alors je finirai par cette phrase : il y a du bon et du mauvais en ce monde, chez tout être, humain comme mutant, nous jugeons pas aux apparences, mais à ce que nous avons en notre cœur, en notre Foi. Tant que Dieu nous guidera, ce monde n’aspirera qu’à la paix et au bien être de tous. Ce soir vous allez participer à une grande action, dont le Saint Siège se félicite, ce soir c’est en votre âme et conscience, en parfaite honnêteté que vous achèterai pour que l’église par la volonté de Dieu tout puissant, puisse continue d’agir et pour que vos dons servent aux plus pauvres d’entre nous. Nous bâtirons des églises et des monuments, des centres et des refuges pour ceux qui n’ont nulle part où aller, pour qu’ils rencontrent notre Seigneur et Dieu tout puissant. Sur ce je vous souhaite une bonne soirée. »

Il y eut de nombreux applaudissements, Gabriel avait été parfaitement écouté, même si sa position sur les mutants semblait en avoir choqué quelques uns, tous connaissaient son statut au Vatican et savaient que se frotter avec Anderson c’était se frotter avec Dieu. Quelques uns dans l’assistance avaient même osé prononcer son nom, L’archevêque d’Iscariote, mais il n’y avait pas prêté attention, il vint s’asseoir aux côtés de Kelly et la vente commença
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Mer 17 Aoû - 2:36

>>> Ce sont les Requins qui font la Charité...



    Gabriel avait proposé son bras à Kelly, celle-ci y glissa volontiers le sien. Elle aurait cependant préféré lui tenir la main ; ses mains étaient toujours chaudes malgré ses gants. Elles devaient alors être brûlantes à contact réel ! Comment alors ferait-il pour la caresser si jamais il retirait cette épaisse protection ? Même en se « retenant », jamais il ne pourrait dissiper l'effet comburant de sa peau… La mutante se surprit même à se demander comment cela se passerait lorsqu'ils s'uniraient d'amour dans un même lit… Elle rougit en pensant à cela, l'évocation d'un hôtel avait du lui rappeler sa première fois mouvementée avec Jack… Elle s'empressa d'évacuer ces pensées car, selon elle, jamais ils ne passeraient à l'acte, même s'ils étaient plus ou moins officiellement en couple ; c'était à l'encontre des principes religieux de l'archevêque -bien qu'il les avait déjà transgressés… Fort heureusement, ce dernier lui avait changé les idées en lui parlant d'un gala de charité, qui avait justement lieu dans un hôtel… Minute, un hôtel ? Elle aurait pensé que son mutant habiterait dans une villa ou quelque chose de ce genre, mais c'était sans doute à cause de ses missions, comme il disait… Elle avait donc hâte de voir dans quel hôtel il résidait, sans doute un chic ; elle n'en pouvait plus de sentir des regards se poser sur eux… Vivement qu'ils arrivent !

    Les hypothèses de Kelly se révélèrent être vraies. Gabriel l'avait guidée jusqu'à l'Hôtel Saint Regis. Des rumeurs voulaient que des mutants y résidaient et y avaient installé leur quartier général, en quelque sorte. Toutefois, si c'était le cas, la rousse ne serait pas en mesure de distinguer qui était qui… Elle n'était pas là pour cette raison. Elle était là pour l'élu de son cœur, qui s'avéra être très proche et connu du personnel. Tout puait l'argent ici, la mutante se sentait mal à l'aise car elle n'aimait pas les grosses fortunes… De plus, son accompagnateur avait subitement changé d'attitude. Finis les regards doux et séduisants… Il était devenu froid, presque aussi orgueilleux que les requins bourrés de fric… Elle ne le reconnaissait plus… Il lui avait donné une clé magnétique et lui indiqua le numéro et l'étage de sa chambre… Il ne voulait pas s'afficher avec elle. Il avait radicalement changé. Il partit, ne la gratifiant même pas d'un petit regard. Contrariée, la jeune femme exécuta cependant ses ordres. Elle attendit que l'ascenseur revienne, et se glissa entre les différentes personnes, s'imposant ouvertement… En plus de cela elle avait les bras chargés par ses sacs de vêtements. Elle voyait bien que les gens la regardaient de travers, car elle n'était pas riche et cela se voyait. Entre ses dents elle murmura :


    « Tu me le paieras… »

    Elle profita de la promiscuité avec les autres personnes pour se décharger de son énervement, elle les rendit momentanément claustrophobes, les faisant ainsi descendre au plus vite, au point de se retrouver seule dans l'ascenseur. Cela ralentit quelque peu son trajet, mais tant pis. Il voulait jouer au plus malin et au plus riche ? Il allait voir, la vengeance de sa moitié serait terrible. La sonnette de l'ascenseur retentit, lui indiquant qu'elle était arrivée à l'étage voulu. La chambre 66, avait dit Gabriel… Elle s'y rendit d'un pas lent, son visage était d'une froideur incontestable… Elle ouvrit la porte sans même frapper. L'archevêque l'accueillit, il semblait gêné et lui avoua avoir redouté qu'elle ne s'en aille. Pendant qu'il se servait au minibar, elle lui rétorqua d'une voix inaudible :

    « Je ne suis pas comme toi… »

    Elle se décrivit rapidement la chambre… Enfin la « chambre »… Elle ressemblait plus à une suite royale qu'autre chose. La modestie et l'humilité n'étaient-elles pas des principes de la religion de son dévot favori, pensa-t-elle en retenant un haut le cœur. Toujours en silence, elle déposa ses paquets. Gabriel l'invita à s'asseoir à côté de lui, il lui avait alors montré un dossier, étrangement complet sur une riche femme brune, qui, apparemment, détournait les fonds offerts par le Vatican… Ah, la grande institution religieuse était généreuse avec les pauvres ? Le mutant s'exprima de nouveau… Kelly ne déclara toujours rien. Même suite aux déclarations de l'archevêque, dont l'attitude avait encore changé, redevenant « normal ». Ensuite, son téléphone sonna, il répondit dans une langue mélodieuse, sans doute de l'italien… La jeune femme, toujours autant contrariée, en avait profité pour s'éclipser dans la salle de bain, ayant emporté avec elle son ordinateur. Elle avait ouvert les robinets afin de prendre un bain, et alluma son fidèle ordinateur portable. Elle avait en effet joué en bourse et voulait voir où en était son action… Pendant qu'elle se déshabillait, ses yeux ne cessèrent de fixer l'écran. Elle déclara :

    « Hm, pas mal… Encore mieux… Excellent, fabuleux… »

    Elle ne s'était pas trompée dans ses calculs. Elle avait raflé une grosse somme avec des actions qui, pourtant, n'avaient pas l'air prometteuses… Ses calculs de probabilités avaient démontré qu'il y aurait moyen de gagner une grosse somme, et ce fut le cas. Satisfaite, elle éteignit son ordinateur avant d'entrer dans le bain bien chaud… Elle s'y prélassa un moment. Lorsqu'elle en sortit, elle se sécha, puis s'occupa de sa chevelure sauvage, la domptant avec le matériel présent dans la salle de bain. Entourée d'une courte serviette, elle sortit de la pièce, désirant prendre un vêtement. Gabriel avait déposé sur le lit la robe de soirée, Kelly s'en empara puis prit également quelques bijoux, dont des boucles d'oreille, un collier et un bracelet, et pour ses pieds les fameuses chaussures à talon. Après s'être pouponnée elle réapparut dans le salon. Vu l'air de Gabriel, elle était à son goût, il resta immobile quelques instants avant de prendre sa place, lui glissant un baiser dans le cou, qu'elle tenta malgré elle d'esquiver. Pendant qu'il se préparait, elle rangeait ses effets personnels, ne cessant de marmonner:

    « Même pas un compliment… Monsieur se permet de me snobber, puis ensuite il touche à MES affaires, et me regarde avec envie sans rien manifester… Quel délire… »

    En se redressant, elle remarqua la peluche panda posée sur les draps. Cela lui arracha un sourire. Elle adorait les pandas. Elle le prit entre ses bras, et le serra contre son cœur… Elle la reposa ensuite, puis alla s'asseoir, attendant l'archevêque. On aurait dit qu'il avait lustré ses armes, elles brillaient joyeusement. Enfin, rapidement, le mutant sortir de la salle de bain, vêtu de ses habits… D'archevêque. Kelly l'observa, perplexe. Il lui fit la remarque à propos de son regard, la rappelant ensuite à l'ordre. Elle grogna un peu, puis le suivit. Elle ne lui adressa aucune parole, aucun regard. Ils marchèrent ensemble jusqu'à une grande salle de réception, déjà presque pleine à craquer. Elle put y remarquer toute la marmaille richarde, avec des stars connues, des nobles divers… Et de nouveau, Gabriel changea d'attitude. Elle en fut dégoûtée, d'autant plus qu'il la présenta comme… Une apprentie exorciste ?! Mais quelle connerie… Usant de son talent d'hypocrisie et de manipulation, la rousse dut supporter maintes salutations… Jusqu'à ce qu'à un moment, ses pupilles ne se dilatèrent… Les folies étaient revenues… Asociabilité, paranoïa. Elle se crispa, mais fort heureusement cela ne dura pas. Rapidement, ils se placèrent, d'instinct elle suivit Gabriel. A leur table se trouvait… La femme du dossier. Elle n'y prêta pas plus attention, elle fixait intensément la flûte de champagne qui venait d'être servie.

    Puis, avant que le repas et gala ne commence, Gabriel fut invité à faire un discours. La rousse aurait espéré un petit signe, une petite parole de sa part, mais il ne fit rien… Sa colère et sa paranoïa s'accentuaient, d'autant plus qu'elle avait entendu des femmes glousser dans l'assemblée quant au physique de SON homme… Sa poigne se referma sur la flûte, son regard était devenu effrayant… Elle remarqua que les convives exécutaient un signe de croix… Elle les imita, de la main gauche, l'exécutant aléatoirement. Gabriel s'exprima, elle ne l'écouta pas… Elle le fusillait du regard. Sa main droite, qui tenait la flûte, serrait le verre de plus en plus fortement. Des idées noires naissaient en elle… Oui, il se moquait éperdument d'elle… Il se pavanait fièrement le jour en la tenant par le bras, et jouait le curé la nuit pour faire sensation ! Si ça se trouve, il faisait cela avec énormément de femmes… Et vu qu'elle était jeune et jolie, il pouvait se permettre de se l'offrir, elle… Les vêtements qu'il lui avait offerts étaient sans doute pour l'amadouer, ou bien encore pour la voir dans des tenues telles qu'il pourrait assouvir ses fantasmes les plus fous… Sa main se crispa d'avantage sur la flûte lors des applaudissements… Sa respiration avait augmenté, son rythme cardiaque s'accéléra… Et enfin lorsque Gabriel revint à ses côtés, elle brisa la flûte par la force pourtant frêle de sa main… Elle ne manifestait aucun signe de douleur malgré le champagne qui la brûlait… Et si c'était Gabriel qui tenait de la brûler justement ? Une voix s'éleva soudain :


    « Ô mon Dieu ! Mademoiselle ! Vous êtes tombée sur une flûte bien fragile ! Venez donc avec moi que je nettoie votre plaie… »

    Kelly ne leva pas la tête. Elle remarqua simplement que c'était la femme qui devait s'expliquer devant Gabriel qui avait réagi. Elle s'était levée, et pressa la jeune femme blessée. Il fallait retirer les fragments de verre incrustés dans sa main. Bien évidemment, la femme reçut les compliments de la salle pour sa générosité et Kelly se fit gentiment plaindre. Sans se faire prier, la mutante accepta la main qu'on lui tendait, elle n'accorda aucun regard, aucune parole à l'archevêque… Il n'y avait rien de pire que le silence et elle le savait… Ses yeux noisette étaient rivés sur sa main ensanglantée… Quelque part elle appréciait cette douleur, cela soulageait sa colère et captivait son attention… Elle se laissa conduire aux toilettes les plus proches, où la femme brune, à l'aide d'une pince à épiler, retirait les éclats de verre. Elle la priait de lui dire si c'était douloureux, la mutante répondait que non. Une fois que tous les éclats furent retirés, la femme déclara :

    « Il faut désinfecter cela. Restez au-dessus du lavabo, je vais demander au personnel si…
    - C'est inutile… »

    Interloquée, la femme la considéra un moment, se demandant si Kelly allait réellement bien. Cette dernière ne lui laissa pas le luxe de s'en aller, elle s'adossa contre la porte des toilettes et s'arrangea pour la verrouiller avec un tour de magie chinoise, en dépit des protestations de la femme, qui dut se résoudre à utiliser la méthode forte. A peine eut-elle empoigné la mutante que l'hémophobie naquit en elle. Un sourire narquois aux lèvres, Madness Queen tendit sa main droite saignante en sa direction. La femme tomba à terre horrifiée et en larmes, elle reculait en rampant alors que la rousse s'approchait… Cette dernière maugréa:

    « Enfin tu la fermes… J'en ai marre de vous entendre brailler, toi et les tiens… Tu vas prendre pour les autres… Saleté… »

    Kelly l'attrapa par la gorge avec sa main blessée, et la serrait bien fort. Un sourire dément étirait ses lèvres. Ses yeux avaient une expression proche de l'inhumanité, la folle était en état de sadisme profond… Elle adorait voir sa victime se débattre au sol, et l'humiliait verbalement :

    « Vas-y, pleure, pleure toutes les larmes de ton corps, mais tu n'es pas au bout de tes peines… Je vais te rendre tellement dingue que tu vas dire tout de toi, de ce que tu fais… Je vais te faire perdre tout ton fric, charogne… Prépare-toi ! »

    Le rire dément de Kelly résonna dans les toilettes alors qu'elle augmentait la pression sur la gorge de la femme. Elle se délestait de ses maladies, une à une, elle sentait son esprit se réjouir et sa conscience revenir… Elle aurait pu tout stopper mais non, elle poursuivit son geste… Vingt quatre heures, elle pourrait gagner une journée de lucidité ! Et cette bonne femme serait le réceptacle de toutes ses folies, de toutes ses frustrations connues à cause de cet homme qu'elle aimait, qui changeait d'attitude comme il changeait de costard. Madness Queen, une fois sûre d'avoir rendu tarée sa victime, se releva, se retira, essoufflée mais souriante. Elle ouvrit un robinet d'eau glaciale, attrapa la femme et la jeta tête la première dans le lavabo. Rendue folle pour au moins une semaine, cette dernière fut prise d'une crise de tétanie, subissant la froideur de l'eau qui coulait et emportait le sang. Dans le lavabo d'à côté, elle coula de l'eau brûlante, sous laquelle elle plongea sa main. Ce n'était pas du tout un geste à faire pour arrêter le sang, bien au contraire, cela suffirait à calmer sa rancœur contre Gabriel… D'ailleurs, c'était étonnant de voir qu'il n'était pas venu, car c'eût été pour lui l'occasion rêvée d'interroger la femme… Kelly stoppa l'eau du robinet et déclara froidement et avec déception :

    « De toute façon je devais bien m'y attendre… »

    Les yeux fermés, en soupirant, elle se retourna. Sa main était aussi écarlate que ses cheveux. En rouvrant les yeux, elle découvrit…

    « Gabriel ?! Quand et comment es-tu… 
    - Oui j'avoue tout ! J'ai trompé mon mari et détourné des fonds destinés à aider les pauvres gens… Mais laissez-moi en paix… Ah ! Grand-père, grand-mère arrêtez !… Non, pas dans la cascade ! »

    La femme tétanisée, la tête sous l'eau, se mit ensuite à gémir, sous les regards de Kelly et Gabriel. La rousse reporta ensuite son attention sur l'archevêque, elle le considérait d'un œil glacial et soutenait sans problème son regard… Ses yeux noisettes l'interrogèrent, lui demandant ce qu''il voulait, avant de se faire plus dédaigneux, le visage de la mutante avait une expression distante et méfiante. Son intelligence s'activa afin de trouver une issue, mais face au gabarit de l'archevêque, elle ne pouvait rien faire. Elle stoppa l'échange de regard en contournant l'homme par la gauche, elle s'apprêtait à s'en aller… Encore une fois… Et toujours avec ce mal de cœur… Afin d'oublier cette douleur, ce fut sa main blessée qu'elle posa sur la poignée de la porte…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Anderson
Inquisiteur de Classe 3
avatar

Bavardages : 16
Jour de mon arrivée : 01/08/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Archevêque
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Mer 17 Aoû - 6:54

Gabriel aurait dû s'en douter. Depuis le départ tout ceci était loin d'être une bonne idée, très loin même. I;savait que son côté "archevêque tout puissant" ne plairait pas à Kelly, pourtant, c'était le rôle qu'il devait s'imposer, il faut dire, c'était plutôt ainsi qu'il était en règle généra. C'était Kelly l'exception à la règle et non l'inverse. Pourtant lorsqu'il vint se rasseoir et qu'il vit la coupe se briser entre les mains de la jeune femme il eut presque le réflexe de se lever, mais l'autre femme l'avait devancer, l'emmenant vers les toilettes pour dames.

"Votre apprentie est bien fragile monseigneur..."
s'était permis l'un des convives de la table. Un aristocrate grassouillet qui avait fait fortune dans l'alimentaire et qui n'avait cessé de reluquer Kelly tout au long du discours d'Angel Dust. Bien entendu l'archevêque l'avait remarqué, mais il ne pouvait rien faire ni dire sans compromettre sa situation et par conséquent, l'intégrité de Kelly.
"Et je trouve votre langue bien pendue pour quelqu'un qui se dit défenseur de la Foi... que dirait votre femme des regards que vous avez jeté à mon apprentie? Mais je ferai part au Saint Père que vous... remettez en question les choix de la Saint Eglise, je suis sûr que cela l’intéressera" avait répondu froidement et sans un regard vers l'homme, l'archevêque. Ce qui eut un effet de douche froide sur l'homme.
Gabriel se leva quelques secondes plus tard, l'épouse du grassouillet, ainsi que son époux tentèrent de le retenir, sachant quel importance avait Angel Dust au sein du Vatican, mais rien n'y fit et il se détourna complétement. Le couple semblait presque décomposé en le voyant se retirer. Voir un homme tel que lui se détourner d'eux, c'était pour l'assemblée, voir l'archevêque offensé par le couple, en un instant il avait su les remettre en place et les humilier.

Gabriel laissa la vente commencer sans lui, bien qu'invité d'honneur, il n'avait pas besoin d'assister à la vente à proprement parler d'objets qu'ils ne connaissaient pas ou dont l'intérêt était proche du néant à ses yeux. Il se rendit là où se trouvait Kelly et la femme brune, entrant discrètement il ne dit absolument rien, il vit la quadragénaire en pleine crise de tétanie et SA Queen dans un état trop second à son goût. Lorsqu'elle se tourna elle ne vit que ce qu'il était, ce grand brun aux yeux bleu, une légère aura dorée autour de lui, il n'y avait aucun reproche dans ses yeux, il savait pourquoi elle avait fait tout cela, tout du moins se doutait il après l'épisode des achats l'après midi même. Alors que Kelly le contournait pour mettre sa main ensanglanté sur la poignée de la porte Gabriel l'arrêta...

"Si tu franchis cette porte, avec le sang que tu as sur les mains et tes empruntes partout dans la pièce, je ne pourrais rien faire pour toi. Et que tu en doute ou non, ce qui m'importe en cet instant c'est que la femme qui a prit mon cœur puisse être en sécurité."

Il la retint par le poignet de sa main abîmée. Et d'un geste ample et élégant, il ôta l'un de ses gants et d'un geste net il se coupa le doigt faisant ainsi couler son sang qui semblait être emprunt de la même lueur dorée que celle qui l'entourait.

"Tu dois cicatriser au plus vite, je n'ai pas le choix et je suis désolé que tout ceci soit arrivé, j'aurais dû te prévenir... ça va te faire mal
(il laissa quelques gouttes de son sang couler dans les plaies de Kelly ce qui eut pour effet de faire se refermer rapidement les plaies). Mon sang te permettra une guérison totale d'ici demain. Maintenant aides moi."

Le ton de Gabriel était sans appel et pourtant il n'avait plus cette pointe de supériorité, il était juste devenue quelque de méthodique qui savait ce qu'il devait faire et comment. Il cicatrisa et remit un gant sur sa main. Attrapant par le cou la femme toujours tétanisée. Elle se prostra dans l'un des coins de la salle que Gabriel ferma à clef. Il sortit de l'intérieur de sa soutane un chiffon et une étrange fiole de liquide qu'il renversa à tout les endroits où avait coulé le sang de Kelly, il le faisait pour elle et uniquement pour elle, lui, aucune trace ne restait de lui dans cette pièce depuis le départ, il fini par passer un coup sur la poignée de la porte. Le sang avait disparu, il souleva la riche et l'entrainera à l'extérieur du bâtiment en empruntant une porte de sortie de secours, il attrapa Kelly de son autre main et l'emmena également. Dans l'arrière cour où n'était que poubelles et détritus il lança la femme au milieu des ordures et braqua l'une de ses armes vers elle et demanda à Kelly...

"Réponds moi, si je la tue, est ce que ce que tu lui a transmis te reviendra?"


Il arma son 9mm et attendit la réponse de Kelly, qu'elle soit positive ou négative, Gabriel avait un plan, jamais l'on ne retrouverait cette femme et jamais on ne croirait à son récit.

"Nous n'avons pas beaucoup de temps alors tu vas m'écouter, tu ne va pas protester et tu ne dira rien avant de m'avoir laisser finir. Ce que j'ai fais ce soir, c'était uniquement pour toi, à chaque fois que j'ai dû me comporter comme eux j'ai eu envie de vomir, à chaque fois que j'ai détourné le regard de toi j'ai eut envie d'hurler, à chaque fois que tu as voulu éviter que je t'embrasse j'ai faillis mourir. Officiellement je suis l'archevêque Gabriel Anderson, on m'a donné beaucoup d'autre nom dans la communauté des mutants, mais également dans celle des hommes, il n'existe pas de meilleur tueur que moi dans tout le Vatican à tel point que j'ai reçu le nom d'Iscariote, celui là même que portait Judas dans la Bible, pourtant j'exécute ce qui me semble être juste, mais je le fais de manière qui ne me seront pas pardonnées le jour du jugement dernier. Si tu reste avec moi, tu finira dans le même enfer, si tu décide de partir maintenant, peut être le Tout Puissant te pardonnera tes péchés, que tu y crois ou non. Alors maintenant Madness Queen, dis moi, quel doit être le Jugement d'Angel Dust et quel est ton jugement à propos de moi?"

Son arme toujours braqué, il regarda Kelly, il avait parlé rapidement et adroitement, peut être un peu trop formel, mais il savait que le temps était compté, ils devaient retourner à la réception, Kelly devait lui répondre et si elle ne l'avait pas encore comprit, il était prêt à aller jusqu'en enfer pour pouvoir vivre avec elle. La seule raison pour laquelle la femme sous son arme n'était pas encore morte, c'est qu'il ne savait pas ce qu'il adviendrait des folies que Kelly lui avait transmise, après son trépas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Jeu 18 Aoû - 0:31

    L'échange de regard ne fut pas de longue durée… En dépit de l'absence de reproche dans le regard de Gabriel, elle avait préféré partir, encore une fois… Elle était lasse de tous ses changements d'attitude, c'était encore pire que de supporter ses folies aléatoires… Alors autant cesser ce petit jeu. Elle était proche de la porte, sa main abîmée s'apprêta à se poser sur la poignée de la porte, lorsque soudain elle sentit une forte poigne enserrer son frêle poignet. Gabriel l'avait retenue, de peur qu'on ne retrouve les empruntes, ses empruntes à elle, la femme que son cœur avait choisi. Dubitative, elle se retourna avec raideur… Elle le fixait, avec une indifférence qui se voulait être glacial. Avec une élégance inattendue, il retira un de ses gants et entailla un de ses doigts. Son objectif était de la faire cicatriser rapidement. Il semblait regretter quelque peu de ne pas l'avoir prévenue quant à cette soirée réunissant des gens spéciaux… Il la prévint également que sa cicatrisation serait douloureuse ; ce fut le cas mais Kelly resta stoïque. Certes, il pouvait faire se refermer les plaies causées par le verre, mais pourrait-il soigner la blessure qu'elle avait au cœur ? Là résidait la question pour elle, alors qu'il empressait d'effacer toute trace de son sang. Il lui avait demandé de l'aider… Mais de l'aider à quoi faire ? Et puis c'était osé de quémander l'aide de la personne ignorée la majorité du temps. Kelly lui aurait volontiers hurlé dessus, elle avait envie de pleurer… Par honneur et par fierté, elle ne manifesta rien. Elle voulait marquer le coup… Elle voulait se venger de son attitude… Elle avait agrandi la distance qu'elle avait mise entre eux, quitte à se faire souffrir encore plus… Elle voulait simplement qu'il comprenne à quel point elle avait mal…

    Cependant elle se laissait faire, elle se laissait manipuler comme une poupée sur le point de vue physique… Gabriel l'avait en effet saisie après avoir soulevé la riche folle, il les entraîna vers une sortie de secours, afin que personne ne les remarque. La porte donnait directement sur des poubelles et des vide-ordures. Sans aucun scrupule, il jeta la femme tétanisée au milieu des déchets. La vue de cette scène rappela immédiatement à Kelly le désordre créé par Gabriel dans ses sentiments, elle aussi s'était sentie jetée, rejetée par l'homme qu'elle aimait… L'archevêque tira ensuite de sa soutane une de ses armes, la femme était dans son viseur. Il ne tirait cependant pas, il avait préféré demander d'abord à la Reine de la Folie si, en tirant sur cette cible, ses folies reviendraient… Kelly ne répondit pas, son regard disait seulement : qu'est-ce que cela changerait ? Car une fois revenus à l'intérieur il redeviendrait le même. Oui, quel intérêt qu'il le sache ou non ? Il continua de parler, car le temps leur était compté. Il lui interdit de l'interrompre pendant son discours. Il affirma que tout ce qu'il avait fait, il l'avait fait pour elle, il affirma également qu'il était dégoûté d'agir comme les sales richards, que de voir ses baisers lui être refusés lui était insupportable… Il lui rappela qui il était, un tueur sans égal, qui servait le Vatican et dont les noms étaient multiples. Rester avec lui serait synonyme d'une éternité postérieure dans les flammes de l'Enfer, l'abandonner en cours de route permettrait sans doute d'atteindre le Paradis… Il lui laissa donc le choix, le choix de le juger, lui révélant par là son nom de mutant. Kelly se rapprocha de lui, droite et fière, puis s'exprima:


    « Tu m'as déchiré le cœur tout au long de cette soirée… J'ai voulu te faire mal à ton tour en gardant un silence pesant, mais ma folie est revenue… Pourtant, même folle je t'en voulais à mort… Je me suis déchargée sur cette femme pour me soulager et me calmer. Tu as sans doute raison, tu finiras sans doute en Enfer, s'il existe… C'est également mon cas, j'ai déjà incendié des églises, sous l'emprise de la folie j'ai conduit un homme à profiter de ma virginité car mon esprit exacerbait mes envies charnelles… Crois-tu que ton dieu me pardonnerait ? Mais encore faut-il qu'il existe… »

    Kelly s'approcha d'avantage, ses lèvres effleurèrent celles de celui qui la faisait souffrir, mais qui possédait également son cœur… Elle lui vola un rapide baiser, elle aurait aimé en savourer un qui soit très long, mais également que cela se déroule dans un autre endroit et dans d'autres circonstances… Elle aimait sentir cette chaleur sur son visage, elle ne put s'empêcher de lui en dérober un second. Elle ferma ses yeux noisette, puis approcha sa bouche de l'oreille de son amant interdit… Elle lui glissa :

    « Nous brûlerons ensemble… Nous ne sommes pas des êtres innocents… Alors avant que la Faucheuse ne nous prenne, je veux connaître le paradis… Dans tes bras… Bien que tu ne te rends pas compte de la difficulté que c'est de vivre à mes côtés ; il semblerait que tu aies choisi, et moi aussi… -elle marqua une légère pause avant de reprendre d'une voix tendre- Je t'aime, Angel Dust… »

    La jeune femme se retira, doucement, ses yeux s'étaient rouverts et pétillaient d'amour… Elle se faisait plus sensuelle, elle se serait bien blottie contre l'archevêque mais le risque d'être pris sur le fait était important… Il fallait donc en finir au plus vite avec cette situation… Aussi bien avec l'instant romantique qu'avec l'instant tragique. Regardant la femme, elle déclara:

    « Ne t'inquiète pas pour mes folies. Même si la personne à qui j'ai transmis toutes mes folies meurt, je ne risque rien pendant vingt quatre heures. Cette femme en aurait pour au moins une semaine, si bien sûr tu l'épargnais, à moins qu'elle n'ait envie de se suicider ou que son cerveau ne résiste pas à l'ampleur des maladies… Fais comme bon te semble… Mon ange. »

    Kelly le regarda en souriant. Elle profitait de cette intimité au maximum, et elle ne rêvait que d'une seule chose : une fois la réception achevée, se retrouver en tête à tête avec Gabriel… Elle ne le manifesta pas ouvertement, mais c'était son vœu le plus cher à ce moment-là…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Anderson
Inquisiteur de Classe 3
avatar

Bavardages : 16
Jour de mon arrivée : 01/08/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Archevêque
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Ven 19 Aoû - 11:31

Le canon de Gabriel était braqué sur la femme qui se débattait avec ses propres démons, ceux que Kelly lui avait transmis, elle suppliait à elle même, elle pleurait, son corps glissait sur les sac poubelles qui s'ouvraient sous ses gestes, délogeant parfois quelques rats, furieux de ne pas pouvoir finir leur dîner. Le tout sans émouvoir le moins du monde Gabriel, l'archevêque gardait son arme, il ne tremblait pas, son calme et son sang froid pouvait terrifier quiconque.
Mais c'est lorsqu'il entendit le récit de cette soirée par Kelly qu'il fut le plus perturbé, son regard se détacha de sa victime pour se braquer sur sa moitié comme il l'avait qualifié. Il serrait les dents en l'entendant douter de l'existence de Dieu; Gabriel lui n'en avait jamais douté, pour lui il était là présent pour nous juger tous à chacune de nos actions et de nos fautes.
Mais c'est lorsqu'elle lui vola ce rapide baiser qu'il faillit lâcher son arme, pourquoi maintenant pourquoi dans cet endroit et pourtant, il en avait aussi envie, de sentir ses lèvres sur les siennes, il la désirait, un phénomène qu'il n'avait que rarement éprouvé même pendant sa jeunesse, il ne put retenir son pouvoir et par deux fois es lèvres de Kelly furent parcouru de ce flux enflammé, pour la première fois, Gabriel pouvait le comparer à sa passion et non à sa Foi. Chose étrange s'il en est mais il ne bougeait pas, sa victime ne pouvait pas s'enfuir et Madness Queen faisait de lui ce qu'elle voulait.

Lorsqu'il entendit les mots qu'elle prononçait à son oreille, lorsqu'elle lui dit ce « je t'aime » avec son nom de mutant. Jamais ces deux mots n'avaient été relié, même je t'aime, on ne lui avait jamais dis. Ses yeux s'écarquillèrent, son pouvoir s'extrapola jusqu'à illuminer totalement son vêtement d'archevêque. Il ne pouvait plus bouger, une telle déclaration, comment était ce possible, une passion d'adolescente pour elle peut être? Et pourtant, le cœur d'Angel Dust fut comme frappé par la foudre, comme si Dieu lui même venait de lui montrer ce qu'étaient vraiment des sentiments, alors ce que lui aussi ressentait, c'était de l'amour? C'était cela l'amour d'un homme pour une femme? Lui qui ne connaissait que l'amour pour Dieu... la différence mise en avant était totale et même s'il n'oubliait pas Dieu, il voulait faire une place à Kelly.
Et enfin elle se retira, le nommant mon ange, à ce simple mot, le pouvoir de Gabriel se matérialisa dans son dos, une sorte de pluie de lumière en forme d'ailes, comme si les mots de sa moitié étaient devenues réalité, mais la voix acerbe de la femme folle vinrent le remettre sur Terre...


« archevêque... mon œil, vous ne valez pas mieux que moi, vous trahissez Dieu, vous trahissez votre Foi pour une trainée... »

Une détonation, une seule, Gabriel s'était retourné d'un geste vif. Et sans sommation, sans lui laisser le temps de finir sa phrase il avait tiré, un coup, entre les deux yeux... « In nomine patris... » dans le cœur « et filii » et une dans chaque épaule « et spiritus sancti... Amen ». Le regard de Gabriel reflétait la mort, la haine, la colère, ce qu'elle avait osé dire méritait bien plus, mais voilà, elle était morte c'était fini à présent. Elle n'avait pas eu d'enfant, l'empire qu'elle avait battit allait s'écrouler demain à la bourse. La lignée de cette femme et de sa famille s'était éteinte par la poudre de Gabriel, la poussière de l'ange.

Il se tourna vers Kelly et rangea son arme. Sans un mot, son visage au départ fermé, il la prit dans ses bras, la serrant aussi fort qu'il le pouvait, son pouvoir réchauffant la jeune femme sans pour autant la bruler. Il ne pouvait nier qu'il avait envie d'elle. Mais il se contenta de l'embrasser, fougueusement, contrôlant au mieux son pouvoir, elle n'avait ressentit qu'un léger picotement lorsque leurs langues s'étaient touchées. Il arrêta à contre cœur, pour ne pas la blesser puis la regarda dans les yeux en ouvrant la porte de service de l'hôtel.

« Reste là, juste quelques minutes s'il te plait, je reviens, je reviens tout de suite...(il lui vola un dernier baiser) Je t'aime, Madness Queen »

Il sortit son téléphone de sa poche et composa un numéro pré enregistré. Sa voix était dur, loin de celle émouvante et grave qu'il avait utilisé pour lui dire ses sentiments. Il était devenue froid et professionnel, comme lorsqu'il avait tiré.

« C'est moi, dans la ruelle, je vous attend. »

Il raccrocha, Kelly put entendre le bruit d'une voiture une minute plus tard, Gabriel s'adressa en italien aux deux hommes en noirs qui en descendirent …

« Faites disparaître le corps. La chambre a été arrangée comme convenue? La lettre est en place ? Parfait. Prévenez le Saint Siège que la mission est une réussite. Que l'esprit Saint soit sur vous. Amen ».

Il attendit que la voiture ait totalement disparue au loin avant de rouvrir la porte pour rejoindre Kelly. Il lui fit un magnifique sourire, Gabriel avait de multiples facettes, mais c'était avec Kelly qu'il dévoilait ce qu'il était réellement. Il l'attira à lui doucement, la regarda dans les yeux et sa main gantée parcourue le visage de la jeune femme.

« Nous nous lançons dans une aventure où il n'y aura nul retour. Je suis un homme qui croit en Dieu. Tu verra souvent cette attitude distante et froide lorsque nous serons entourés. Toi comme moi ne pourrons jamais pleinement vivre cet amour au grand jour. Si nous le faisions, ils nous traqueraient, nous retrouverai et la sentence prononcée serait pire que la mort. Si tu es consciente de tout cela suis moi, nous devons retourner dans la salle, encore une heure et nous pourrons nous éclipser... (il lui murmura à l'oreille) et j'ai terriblement envie de m'éclipser avec vous mademoiselle Queen »

Il lui proposa son bras et il retournèrent dans la salle de réception, reprenant place à leur table, la chaise et les couverts de la femme décédés avaient déjà été retirés, comme si elle n'avait jamais existé. L'archevêque installa Kelly sur sa chaise et jeta un regard mauvais à l'obèse qui lui avait fait une réflexion tout à l'heure. La vente se déroulait à merveille, les sommes étaient de plus en plus affolante, et le gras avait subitement retrouvé la voie de son prote monnaie depuis le retour de Gabriel. Il fallait supporter un peu cela, encore un peu Kelly allait devoir supporter cette homme froid et distant et pourtant à chaque fois qu'elle en croisait le regard elle pouvait voir cette petite flamme qu'elle avait fait naitre, ce n'était pas seulement le désir, c'était l'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Sam 20 Aoû - 21:28

    Kelly s'était lâchée, elle avait tout révélé à l'homme que son cœur avait choisi. Ses mots, elle les avait soignés, sans pour autant rendre son discours artificiel. Tout était cependant sorti avec une fluidité dont elle s'étonnait elle-même, y compris pour l'amour qu'elle avait déclaré par un « je t'aime » ; deux mots simples qui n'avaient pas été prononcés jusque là. Elle souriait à Gabriel, elle était parvenue à troubler son impassibilité… Son délicieux regard s'était détaché de la femme qu'il visait, il regardait la rousse… Oui, elle avait mis fin à tout ce calme froid qui allait si mal au mutant… Décontenancé, ses yeux azurs s'étaient écarquillés et, sans doute malgré lui, son pouvoir se manifesta… Des ailes lumineuses étaient apparues dans son dos, tout en lui n'était que lumière, en totale opposition avec sa moitié, toute de noir vêtue. Ce moment était aussi magique que magnifique, et malgré leur opposition de style et de caractère, ils s'attiraient… Comme les pôles positifs et négatifs d'aimants… Ce sentiment tout nouveau plaisait à Madness Queen, bien qu'elle avait précédemment entrevu ses aspects noirs… Mais tout n'était pas noir… Son existence, tiraillée entre noir et blanc, allait enfin pouvoir trouver un autre élément, une lumière venue l'éclairer mais qui risquait également de la brûler… Or la douleur n'était qu'une information, Kelly s'y était habituée… Oui, elle aimait ce mutant, à la folie… Rien ni personne ne les séparerait… Pas même son prétendu dieu… C'était lui qu'elle voulait et personne d'autre…

    Lorsque la femme, au milieu des détritus, se permit de faire une remarque sur sa relation avec Gabriel, Kelly la fusilla du regard. Ses yeux noisette étaient devenus déments, aussi déments que si elle faisait une crise de folie… Se faire qualifier de traînée ne la dérangeait pas, elle avait déjà un bon nombre d'insultes à son palmarès… C'était le fait que cette richarde se permette de les juger qui l'enrageait… Elle lui aura bien donné un coup, mais avant même qu'elle ne puisse réagir, le mutant la bénit de son arme, la faisant ainsi trépasser en un court espace de temps. Le visage hautain, la rousse gratifia le cadavre d'un sourire moqueur. Elle laissa un rire sadique s'échapper de ses lèvres pulpeuses, alors qu'elle lui adressait avec une ironie incroyable :


    « Rendez-vous en Enfer, saleté… »

    Enfin ils furent tranquilles… L'archevêque s'approcha de sa mutante. Son visage était grave, Kelly ne lui fit pas remarquer. Il la serrait dans ses bras, comme s'il craignait qu'elle ne s'enfuie à nouveau… Elle sentait la chaleur de son homme se répandre comme un voile sur son corps… La nuit était un peu fraîche, il allait sans doute faire de l'orage mais peu lui importait. Avec une ardeur dont elle ne le croyait pas capable, il l'embrassa… Les mains posées sur le torse solide de l'archevêque, elle savoura ce moment, ces dernières heures ils avaient été trop rares… Malheureusement, ce baiser eut une fin, la rousse aurait apprécié qu'il durât un peu plus longtemps… Il était vrai qu'un meurtre avait été commis et qu'il valait mieux nettoyer la scène… Gabriel la pria de rentrer, lui volant par ailleurs un baiser et lui adressant un « je t'aime ». Souriante, Kelly s'exécuta. Elle poussa un soupir plein d'amour et ferma les yeux… Un frisson la prit soudainement alors qu'elle se remémorait tout ce qui s'était passé. Un souvenir rouge resurgit alors et, le regard dans le vide, ses lèvres articulèrent :

    « Grand frère… »

    Dans la nuit, du sang. Partout. Méconnaissable. Baignant dans son propre liquide vital. Le regard porté sur sa sœur, encore jeune, qui n'aurait jamais du voir cela. Un corps raidi, des yeux fixes. Et Kelly qui pleurait, hurlait à en fendre les âmes… Et aujourd'hui encore. Sous ses yeux, du sang. Un cadavre raide mort. Encore une fois sous ses yeux. Son cœur s'accéléra, ses jambes tremblaient. Elle eut un sursaut lorsque la porte s'ouvrit. Gabriel, tout sourire, l'attira vers lui, l'informant du risque qu'ils couraient à rester ensemble. Un point de sans retour ? Tout avait été sans retour dans sa vie, ce n'était qu'un détail. Il lui avoua sa hâte de se retrouver avec elle, elle sourit en glissant son bras dans le sien. Elle ne lui montra rien de son trouble, espérant que le gala lui changerait les idées… Angel Dust était redevenu froid et distant, bien qu'il eut pris soin de l'installer à sa place. De temps en temps leurs regards se croisaient, elle crut voir dans son regard une lumière… Cela lui arrachait des sourires timides… Qui cachaient bien des choses… Des souvenirs secrets douloureux, un passé digne d'un fardeau… Les mains crispées sur la table, elle fixait indifféremment les œuvres qui défilaient, comme la scène de la mort de son frère. De temps à autres, ses yeux s'emplissaient de larmes, qu'elle s'efforçait d'effacer… Oui, il fallait qu'elle ne pensât plus à cela. Tout à coup, un vêtement retint son attention. Une somptueuse robe noire aux fils dorés, dans le style chinois… Elle en avait eu une quand elle était petite, c'étaient ses parents et son frère qui la lui avaient offerts pour un de ses anniversaires… A peine eut-on fini de présenter cette robe que la rousse se leva mécaniquement. Elle s'exclama sans réserve:

    « J'en donne trois mille dollars ! »

    Tout le monde se retourna vers elle. Un grand silence avait envahi la salle. Kelly était troublée, mais elle soutenait sans faillir ces yeux braqués sur elle. Oui, semblait-elle dire, osez miser au-dessus et vous verrez… Gabriel l'avait présentée comme son apprentie, c'était sans doute pour cela que personne ne se permit de proposer une somme supérieure. Oui, ce n'était pas négociable… Rapidement elle alla récupérer cet objet, donnant machinalement la somme qu'elle avait promise, au grand étonnement du responsable de la vente. Le regard immobile, elle retourna dans un silence religieux à sa table… Cet argent, elle l'avait gagné à la bourse, autant qu'il serve pour une bonne cause… Puis, durant tout le reste de la soirée, elle n'adressa plus un seul regard à qui que ce soit, pas même à Gabriel… Elle serrait la robe contre elle, en tremblant. Ses cheveux masquaient ses yeux… De lourdes larmes roulaient sur ses joues alors qu'elle repensait à ceux qu'elle avait perdus… Elle avait perdu tous ceux qui lui étaient chers… Cela allait-il se produire de nouveau avec Gabriel ? Non, non elle ne laisserait pas faire… Jamais elle ne l'accepterait, et jamais son esprit malade ne pourrait supporter un nouveau larcin de la mort…

    La soirée se finit sans même qu'elle puisse s'en rendre compte… Elle avait gardé la robe contre elle tout le long, comme si elle craignait qu'on la lui arrachât… Ce vêtement, elle l'avait imprégné de ses souvenirs, de ses doux souvenirs… Cette robe, c'était papa, maman et grand frère… Et cette robe, personne d'autre qu'elle ne l'aurait ! C'était avec jalousie qu'elle la tenait, elle en tremblait presque… Ses larmes avaient cessé de couler… Lorsqu'enfin elle releva la tête elle remarqua que la salle commençait à se vider. Sur son visage, on pouvait encore voir les traces laissées par les larmes et son teint rougi… Son premier réflexe fut de braquer ses yeux noisette sur Gabriel, son point de repère, sa présence rassurante… Emmène-moi loin de là, disaient ses yeux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Anderson
Inquisiteur de Classe 3
avatar

Bavardages : 16
Jour de mon arrivée : 01/08/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Archevêque
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Jeu 25 Aoû - 16:11

Gabriel avait suivit la vente d'un œil attentif, après tout, le Vatican était l'organisateur de tout cela, le moindre accroc lui retomberait dessus à n'en pas douter. Il regardait Kelly et derrière les sourires timides de la jeune femme, il avait comprit que quelque chose en elle n'allait pas. Il n'avait pas côtoyé si souvent le plus mauvais de l'espèce humaine pour ne pas comprendre lorsqu'un cœur était hanté par un quelconque trouble, un démon qui venait gâcher la relative plénitude dans laquelle se trouvait l'homme d'église. Il resserra son vêtement et acquiesçait à chaque fois qu'un prix lui convenait pour que le maître de cérémonie accorde plus rapidement le prix.
Mais lorsque ce fut le tour de cette robe, magnifique présent fait par l'une des actrices qu'aimait Gabriel et qu'il avait eu la chance de rencontrer par le passé lors de l'un de ses rare voyage aux états unis depuis qu'il avait été ordonné prêtre d'Iscariote. A ce moment là il entendit le voix de Kelly se faire plus forte et proposer une somme, bien au delà de ce que lui même avait espéré en tirer, c'était plus à valeur sentimental qu'autre chose.
L'assemblée elle même eut un moment d'hésitation et le juge de salle regarda Gabriel, se demandant ce qu'il devait faire, l'Archevêque hésita un instant et regarda les yeux de Kelly, y chercha la folie, mais il n'y trouva que la tristesse. Il hocha la tête et le prix fut accordé à la jeune femme qui se déplaça immédiatement pour aller chercher l'objet. L’assistance ne fit aucune remarque, les regards ne se braquaient plus sur elle, mais sur Angel Dust, ce dernier les ignora superbement, gratifiant certain d'entre eux d'une expression suffisamment compréhensive pour qu'ils baissent les yeux.
Gabriel avait souvent été jugé, il n'était pas à une fois supplémentaire et surtout, il s'en moquait éperdument, il était l'archevêque et il détenait encore bien plus de mystère sur Dieu et la Chrétienté que tout ceux ici présent. Il avait consulté les archives du Vatican, l savait, il connaissait chacun des secrets du Saint Siège, un seul mot de lui et le Vatican n'existait plus. Le Saint Père s'était rendu compte de l'erreur qu'il avait commise en lui laissant l'accès au archive, mais Gabriel ne parlerait pas, pas tant que sa Foi serait totale et inébranlable envers le clergé.
D'extérieur comme d'intérieur, Gabriel était un homme fort, un roc que l'on ne pouvait pas toucher ni même blesser, il était un paladin, un croisé en mission divine et son armure était son propre corps, son arme le souffle de Dieu, que pouvait savoir tout ces gens pour qu'ils croient être les maîtres de ce monde? Pauvres petites créatures instables. Il ne quitta pas Kelly du regard, et fit tout pour détourner les conversations qu'on lançait à la jeune femme si accrochée à son vêtement.

La soirée se termina sans incident, personne ne semblait prêter attention à la disparition de la jeune femme. Les troupes de Gabriel avaient convenablement fait leur travail. Désormais il n'y avait plus rien à craindre pour le moment. Il laissa la salle se vider, il se fit patient, ne la quittant pas du regard, jusqu'à ce qu'elle décide également de le regarder, ils étaient à peu près seuls. Nombreux étaient les gens qui avaient félicités l'archevêque pour cette soirée, il les gratifia d'une simple poignée de main gantée et lorsqu'ils furent partit il se leva, son visage était toujours tendu, mais le fait qu'il y ait moins de monde avait détendu certain de ses traits.
Il se leva le premier et tendit sa main vers Kelly avec ce seul mot, d'une voix douce et réconfortante, son visage était lumineux, non parce qu'il avait un sourire, mais c'était le visage d'un homme calme et serein.


"Viens maintenant, tout est fini, tu n'as plus à avoir peur"

Il prit le bras de la jeune femme et sortirent à leur tour, croisant encore quelques invités qui s’attardaient au bar, il prit l'initiative de faire demi tour, prenant la direction de la sortie de secours pour qu'ils soient seuls. Ils remontèrent jusqu'à la suite de l'archevêque, on lui avait déjà communiqué les chiffres de la soirée sur son portable, mais qu'importe. Il traversa le living avec Kelly toujours à son bras et l'amena vers le balcon, l'air était frais et le ciel se chargeait, il grondait un peu, l'orage n'allait pas tarder à arriver. Angel Dust aimait l'orage, les éclairs et le tonnerre. Mais plus encore, c'était ce calme avant la tempête qu'il aimait.

Il n'avait pas cherché à faire poser la robe à Kelly, mais il la soutint par le menton, l’obligeant à croiser ses yeux...


"Tu m'as demandé de tout te dire et je t'ai tout dit. A moi de te le demander, pourquoi? pourquoi cette robe? Pourquoi ces larmes? par quoi ton esprit a t il été envahit?"

Angel dust était totalement redevenu normal, calme, sa voix posé, de minuscules particules de lumières parcouraient ses pupilles bleues, il attendit, Kelly ne pouvait pas se dérober, pas cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Jeu 25 Aoû - 17:24

    Kelly, mal à l'aise dans un monde qui n'était pas sien, n'avait qu'une seule envie : fuir. Fuir avec Gabriel et cette robe chinoise désormais imprégnée de souvenirs. Pendant un moment elle avait cru reconnaître l'odeur de la lessive qu'utilisait sa mère, mais cela n'était qu'un pur produit de son imagination. Cela lui raviva de doux mais douloureux souvenirs, ceux d'un passé joyeux sans avenir… Et si cela changeait, maintenant ? Et si Gabriel était une échappatoire à tout cela ? Encore maintenant, il lui tendait la main, lui adressant des paroles rassurantes. En toute confiance, elle glissa sa main blanche dans celle qui lui était tendue. Ses yeux étaient quelque peu rougis, tout comme ses joues, et ses paupières étaient gonflées… Aussi faisait-elle mine basse, elle avait une folle envie de se blottir tout contre l'archevêque, mais la situation actuelle ne le permettait pas. Elle se laissa guider par le mutant, traversant la salle, puis bifurquant vers la sortie de secours pour remonter ensemble vers la suite luxueuse. Ils ne s'arrêtèrent pas pour s'asseoir, non, Gabriel entraînait sa moitié jusqu'au balcon. Afin de la forcer à le regarder, il exécuta son habituel geste : soulever son menton avec sa main. Il voulait savoir pourquoi cette robe, pourquoi ces larmes… Pourrait-il seulement comprendre, lui, un tueur de sang froid ? Kelly ne répondit rien sur le fait, elle serra le vêtement contre elle, retenant ses larmes. Elle posa sa main sur celle de Gabriel, la faisant ainsi glisser sur son visage… Elle garda le silence un petit moment, puis murmura :

    « C'est… Enfin… Papa, maman et grand frère m'avaient offert une robe comme celle-ci quand j'étais toute petite… Mais… Ils sont partis, ils m'ont laissée toute seule… Papa et maman sont morts dans un accident et mon frère a été tué sous mes yeux… »

    L'évocation de ces trois personnes provoqua un nouvel afflux de larmes… Leur dénomination n'avait pas changé ; depuis son enfance c'était toujours papa, maman et grand frère… Ces souvenirs étaient affreux pour elle… Elle baissa les yeux, et, malgré elle, se remémora la scène du crime qui s'était déroulée lorsqu'elle avait douze ans… Ces images se superposèrent avec l'assassinat de la dame riche plus tôt dans la soirée, et Kelly eut subitement un mouvement de recul. Tout d'un coup, elle se sentit toute petite face à Angel Dust, comme la petite fille de douze ans face au truand inflexible, qui se demande si elle aussi s'apprêtait à mourir, à se vider de son sang… Ses doigts déjà crispés se refermèrent d'avantage sur la robe. Elle maugréa :

    « On n'oublie jamais le regard de l'assassin… Tu avais le même que lui tout à l'heure… Même si c'était pour une bonne cause, tu n'as pas hésité une seule seconde… Depuis mon plus jeune âge, j'ai vu et subi ce qu'une petite fille n'aurait jamais à connaître… Si je suis devenue folle, c'est pour toutes ces raisons. J'ai été droguée puis plongée dans un coma pendant cinq ans, avant de parvenir à m'échapper de cet asile où ils s'amusaient à tester mes capacités cérébrales… Mon métabolisme a fini par s'immuniser contre tous traitements… Et mon pouvoir est apparu… Ils ne sont pas parvenus à me retrouver… Et je lutte chaque jour pour que cela ne se fasse pas… Je les hais, je hais ces médecins et ces haut-placés du gouvernement, je hais l’Église qui m'a menti… Au final… Je croyais finir seule, mais une lumière est apparue dans ma vie, toi ! Et pourtant, il semblerait que tu ne sois pas aussi différents que ces autres gens… Cruel et sans pitié… Vive la chrétienté ! »

    L'orage commença à gronder. La terreur sur le visage de Kelly avait laissé place à de la colère. Les larmes roulaient furieusement sur ses joues. Son corps tout entier tremblait… Ses sourcils s'étaient froncés, elle fixait Gabriel comme elle n'avait jamais fixé personne jusque là. Comme une conclusion elle ajouta :

    « Je ne suis pas sociable et je déteste le bling-bling… Malgré tout je suis tombée amoureuse de toi… Ne me demande pas pourquoi je n'en sais rien… Tu représentes tout ce que j'abhorre… Je ne sais pas… Je ne veux pas savoir… Parce que je ne veux pas que tu me laisses… Tu es venu vers moi, tu es le seul à l'avoir fait ; je ne te laisserai jamais partir, quand bien même dusse-je être folle… Je te rendrais fou s'il le fallait, même en dépit de ton pouvoir de brûlure ; je supporte très bien les douleurs physiques… Tu es à MOI et à personne d'autre ! »

    Kelly se détourna de Gabriel, puis s'approcha d'une chaise. Elle fit claquer la robe afin d'en enlever les prix, puis la plia du mieux qu'elle le pouvait. Elle retira ensuite ses satanées chaussures à talons, elle détestait porter cela. Elle attrapa une bouteille au hasard dans le mini-bar, l'ouvrit, puis s'en versa un bon verre. C'était de la tequila, elle fit cul sec. La rousse ne buvait pas souvent, mais ayant travaillé dans un bar, elle s'était légèrement habituée à l'alcool sans pour autant en faire sa boisson de prédilection. Elle agissait comme si elle était seule dans la chambre, elle lui avait expliqué ce qu'il voulait savoir… Elle aurait tellement préféré qu'il ne sache pas ! Mais comprendrait-il pourquoi elle traînait son existence comme un fardeau ? Elle n'en était pas réellement sûre… Elle resta un moment dans le salon, debout, renonçant à boire une goutte d'alcool de plus. Rapidement elle alla remettre en place la bouteille, avant de s'appuyer contre un siège, les bras croisés et le dos tourné…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Anderson
Inquisiteur de Classe 3
avatar

Bavardages : 16
Jour de mon arrivée : 01/08/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Archevêque
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Ven 26 Aoû - 14:37

Le passé, il dévorait Kelly sous les yeux de Gabriel, ce dernier avait depuis longtemps effacé son passé, la mort de sa mère, le meurtre de son père. Ce n'étaient que des morts parmi d'autre, il n'était plus ému par ce genre de chose depuis bien longtemps. La vie était apssé dessus, l'expérience, le sang et les meurtres. La manière dont elle nommait sa famille, dont elle nommait son frère... « grand frère » le choc avait dû être terrible, mais l'empathie de Gabriel avait énormément de mal à naître. Même s'il voulait la comprendre, même s'il le désirait... ce n'était qu'un homme froid, sans passé qui cherchait à se construire un avenir avec une jeune fille au passé tellement torturé.
Angel Dust savait, il savait objectivement que son regard, ses gestes, sa manière d'agir, il était un assassin, il ressemblait à celui qui avait tué la famille de Kelly. Oui... et alors? Lui savait qu'il était différent qu'il tuait pour Dieu, au nom de Dieu, pour la Justice de ce monde. Gabriel sortit ses armes, chargeant dans chacune d'elle quasi de manière simultané, une balle. Il avait épargné beaucoup des paroles blasphématoire de Kelly jusqu'à présent, mais elle tirait sur la corde, un peu plus, un peu trop. Il confondait tout, elle ne savait rien, peut être pourrait elle apprendre...


« Tu confonds chrétienté et chrétiens, tu confonds Vatican et église, tu me confond avec un prêtre. Tu sais et tu connais ce que tout le monde peut savoir et connaître. Mais t'es tu seulement posé les véritables questions? Tu juges Dieu sans savoir. Tu me juges en jugeant la Chrétienté et pourtant tu dis que je suis différent, que tu m'aimes... »

Il la voyait fondre en larme, à ce moment là, il ne lui dit rien, mais ces hommes qu'elle avait cité, comme cet homme tout à l'heure, ce n'était qu'une question de temps avant que Gabriel ne les retrouve qu'une question de temps avant qu'il ne les traque qu'une question de temps avant qu'il ne les tue. Il allait être sans pitié, Dieu ne pardonnait pas ce genre d'agissement. Et même s'il refusait de se l'avouer, que se soit avec ou sans l'accord de Dieu... il les tuerait, mutant ou humain, riche ou pauvre, ils tomberaient tous un par un. Il laissa passer l'orage Kelly, il la laissa boire, à contre cœur, il la laissa se calmer, il laissa ses larmes couler tandis qu'il restait sur le balcon, derrière lui les éclairs semblaient l'illuminer dans un décor irréel. Le tonnerre, la foudre, Gabriel ne les craignait pas, il restait là, comme un être venu d'un autre monde, insensible aux douleurs mortelles.

« Et comme il parlait encore aux foules, voici, sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler. Et quelqu'un lui dit: Voici, ta mère et tes frères se tiennent dehors, cherchant à te parler. Mais lui, répondant, dit à celui qui lui parlait: Qui est ma mère, et qui sont mes frères? Et étendant sa main vers ses disciples, il dit: Voici ma mère et mes frères; car quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. » (Matthieu 12 verset 46-50)

Une façon pour Gabriel de se rassurer, il connaissait toujours la Bible, chaque verset, chaque mot, chaque signification, il l'avait apprit et apprit. Depuis son enfance il la récitait. Il s'approcha de Kelly et enserra sa taille de ses bras, nichant sa tête dans le cou de la jeune femme prenant soin e se poser sur ses vêtements, il lui murmura...

« Qui a dit que je voulais partir? Un vieil homme comme moi... où irais je loin de toi? Un regard, quelques mots m'ont liés à toi, nous lions nos destins et ce que nous projetons pour l'avenir. Le passé est triste c'est souvent le cas... le miens, le tiens. Peut être que tu n'aurais pas dû voir tout ce que tu as vu, mais peut être que si tu ne l'avais pas vu, nous ne serions pas rencontré, alors tu aurais vécue avec ta famille tranquillement, loin de la haine, du malheur et du côté vil des hommes. Aujourd'hui j'ai transgressé la Loi de mon Dieu pour ton, aujourd'hui j'aime une femme, jeune et belle, intelligente. Viens, viens maintenant, il ne faut plus avoir peur... »

Il la fit pivoter doucement, la regarda dans les yeux et fit doucement glisser la robe sur le canapé. Il ne voulait pas brusquer les choses, il ne voulait pas qu'elle croit qu'il voulait lui faire oublier. Lui avait cicatrisé ses blessures en devenant un bloc de pierre, un iceberg sur lequel venait se frotter les impurs. Il la porta doucement, sécha ses larmes en embrassant doucement ses joues faisant parcourir cette chaleur devenue familière. Dehors grondait l'orage, sans pluie, il l'amena à côté du jacuzzi, et commença à l'embrasser, il avait toujours son vêtement d'archevêque. Il murmura seulement...

« Le passé fait mal, mais je ferai tout pour rendre ton avenir plus doux... que veux tu? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   Dim 28 Aoû - 0:10

    Kelly avait parlé, elle avait avoué tout, tout sans exception, n'omettant pas le fait qu'elle s'octroyait la main-mise sur Gabriel… Oui il était à elle, rien qu'à elle, même son prétendu Dieu ne pourrait rien y faire. Oui, rien qu'à elle et rien que pour elle… Malgré tout elle n'appréciait pas le fait que son mâle osât encore lui faire la leçon sur son ignorance quant à la religion et ses structures ; il affirmait qu'elle confondait tout, mais comment pourrait-elle lui présenter un raisonnement logique sur une notion totalement irrationnelle ? Il recommença à citer un verset de la Bible qui, pour la belle, n'avait aucune signification. La famille, c'est unique. Même si les humains sont proches, ils n'appartiennent pas tous à la même famille, sauf si on considère le tout d'un point de vue scientifique… Après tout, l'humanité n'est qu'une gigantesque consanguinité, pensa-t-elle… L'amour d'un être envers un autre reviendrait donc au final à commettre un inceste… La société était décidément bien contradictoire… Mais la rousse vivait en marge de tout cela ; la preuve en était qu'elle avait une relation avec un archevêque… Elle en était fière, non seulement pour elle-même, mais aussi à titre de revanche envers cette pseudo-divinité. Cependant, là, elle était en colère, énervée contre l'aveu fait sur son passé. Le visage fermé, les bras croisés, elle attendait. Dehors le tonnerre grondait. Angel Dust était resté immobile. La belle ferma les yeux. Ses mains s'étaient un peu plus crispées sur ses bras blancs…

    Les paupières se rouvrirent lorsqu'elle sentit la chaleur de Gabriel, il l'entourait de ses bras, et avait logé sa tête dans le creux de son épaule. Par réflexe, elle avait posé sa tête rousse contre la sienne, une de ses mains avait glissé sur cette ceinture de tendresse. Elle écoutait les paroles du mutant, qui, quelque part louait son passé sous prétexte que, s'il ne s'était pas produit, jamais ils ne se seraient rencontrés… Kelly ne croyait pas réellement à l'altération du futur par un acte passé, mais elle n'en dit rien… Parce que Gabriel était là, parce qu'il lui offrait un avenir et, encore au-dessus de cela, il lui offrait de l'amour… Et c'était réciproque. Il conclut en affirmant qu'il était allé au-delà des prescriptions « divines » en l'aimant. Et alors ? Il se disait lui-même condamné à brûler en Enfer… Gentiment, il lui enjoignit de ne plus avoir peur… Lorsqu'il la retourna vers lui, elle se laissa faire, et se perdit de nouveau dans le bleu azur de ses yeux… Telle une princesse, elle se laissa porter, posant sa tête contre son torse, écoutant le cœur battre dans la poitrine de l'archevêque, se heurtant malheureusement aux armes dissimulées sous sa soutane. Il la déposa à proximité du jacuzzi, puis l'embrassa avec une douceur sans fin… Il lui fit une sorte de promesse, lui affirmant qu'il adoucirait son avenir, si bien que le passé en serait plus supportable… Il lui demanda ensuite ce qu'elle voulait… La belle détacha lentement ses lèvres des siennes pour murmurer :


    « Tu sais très bien ce que je veux… »

    D'un geste vif, elle attrapa la soutane de Gabriel et la déchira avec une force dont elle ne se croyait pas capable… Elle la réduisit en lambeaux, le vêtement avant sans doute coûté un prix fou mais tant pis. Par ailleurs, elle priva ainsi l'archevêque de ses deux armes, auxquelles il semblait tenir… En silence elle alla les poser sur la table basse. D'un pas léger et rapide, elle revint vers sa moitié, elle dénouait en même temps sa robe, qui tomba à ses pieds nus ; elle se retrouva en sous-vêtements à l'instar de son mutant. Toujours dans un silence presque religieux, elle lui retira ses gants, les envoyant voler dans la pièce d'à côté. Ensuite, elle vint se coller contre lui, contre sa peau brûlante, l'enserrant de toutes ses forces. Elle en avait assez de tous ces vêtements protecteurs et religieux, la douleur l'importait peu ; elle voulait simplement l'avoir… Au naturel. Elle leva sa tête rousse, plongeant ses yeux noisette dans les siens. Elle ajouta :

    « C'est Gabriel que je veux… Et non pas un quelconque archevêque aussi froid et austère qu'un cloître… Tu es si brûlant… Mais la douleur n'est qu'une information nerveuse… Cela ne m'empêcher pas d'apprécier de sentir ta chaleur comburante contre moi… Je t'aime, et tu es à MOI… »

    Fougueusement, elle entremêla ses lèvres avec celles de sa moitié, son amant de toute une vie… Bien qu'elle essaya de se convaincre du contraire, la peau de Gabriel la brûlait, elle avait mal… Sa peau commençait à rougir, la sueur amplifiait la douleur… Elle n'y tint plus, elle empoigna le mutant et l'entraîna dans sa chute dans le jacuzzi, duquel s'échappait maintenant une épaisse vapeur… L'eau lui semblait même être froide comparée à la chaleur qui s'émanait du corps de l'archevêque… Si bien qu'à son grand regret, n'en pouvant plus, elle dut se détacher de lui… Elle poussa un soupir douloureux, elle eut un spasme effleurant la gigantesque brûlure (bien que légère) de sa main… Elle aurait aimé avoir une tendance masochiste à ce moment, afin d'apprécier cela, or elle avait donné toutes ses folies… Qui cependant germaient indéfiniment dans son esprit… Quelque peu gênée, elle préféra ne manifester aucun signe de douleur, bien qu'elle bouillait… Pas seulement physiquement, mais également sur le plan mental… N'avait-elle pas la possibilité d'avoir ne serait-ce qu'un contact normal et sans douleur avec celui qu'elle avait choisi ? Ce dernier allait sans doute justifier cela comme étant une revanche divine mais…

    « Est-ce que Dieu connaît les crèmes anti-brûlures ? murmura-t-elle en se dissimulant dans la vapeur. »

    Kelly pensa qu'il ne devait pas avoir ce genre de soins chez Gabriel… Il avait du linge spécial, certes, mais une telle sorte d'onguent, sûrement pas, étant donné qu'il effectuait des combustions sans flammes sur ses victimes et que ces dernières n'étaient pas supposées en survivre… Quelque peu gênée et surtout frustrée, la jeune femme se tut, profitant du nuage de vapeur pour se cacher et mieux renfermer tout cela au fond d'elle-même… Car au final, elle se doutait que les contacts peau à peau, même brefs, ne seraient pas supportables… A moins d'être folle, ce qui n'était pas le cas à ce moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre père qui êtes si vieux... [pv Kelly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Legend :: New York City :: Hôtel Saint-Regis :: Suites :: 6ème étage - Suite n°66 : Gabriel Anderson-
Sauter vers: