AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 You're kidding right?! - Remy Lebeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laura Kinney
Admin qui griffe et qui mord!
avatar

Bavardages : 309
Jour de mon arrivée : 27/05/2011
Âge réel : 25
Où suis-je? : Errant dans NYC

Carte d'identité
Job/Emploi: Ex-tueuse à gages
Niveau de maîtrise:
5/7  (5/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: You're kidding right?! - Remy Lebeau   Lun 1 Aoû - 20:22


« EX-PLO-SEEEEEEEEEEEE ! » rugit une jeune femme.
« C’est ça, fais ta maligne ! » répliqua l’homme à côté d’elle.

Une manette entre les mains, X-23 leva le poing d’un air triomphant et absolument pas fairplay pour son partenaire de jeu. Elle venait de littéralement pulvériser Jack à son propre jeu. Un jour où elle l’avait vu, la manette entre les mains, en train de pousser des grognements et de parler à sa télé ; la mutante s’était jurée d’apprendre à faire ça elle aussi. Certes cela ne rentrait pas vraiment dans le cadre de son insertion dans la société mais.. jouer la détendait, l’immergeait dans un autre monde où gagner le plus de points, coller le maximum de claques et rouler le plus vite possible étaient des buts dans sa vie. Elle ne se sentait nullement rabaissée de s’adonner à ces pratiques là, d’abord parce que Jack y jouait aussi et de plus, elle n’avait jamais eu l’occasion d’avoir un but dans la vie autre qu’enfoncer ses griffes dans la gorge d’un ennemi au cas où il déciderait que mourir par balles était une mort trop légère. C’était d’ailleurs souvent de cette manière que cela finissait. La méthode était plus radicale qu’aucune autre et bien qu’elle soit facilement identifiable, personne n’était sensée connaître l’existence de la mutante X-23 ; elle était donc bien protégée. Et sortir ses griffes restait en soi un plaisir non feint de puissance et de destruction que la jeune femme avait appris à aimer et à accepter avec le temps. Après tout, elle était née pour tuer.

« Bon allez, c’est pas tout ça mais je dois y aller moi. Oublie pas tes clés si tu sors. »
« Mmh. » répondit X-23, retournée à son écran.

Elle sentit vaguement Jack lui embrasser le front et sortir de la pièce mais elle était trop prise par le jeu pour songer à réagir autrement qu’en ne réagissant pas. Pendant que Jack s’était préparé à partir, elle avait lancé le mode solo du jeu et entendait bien y passer un long moment. Mais c’était sans compter la décision du propriétaire de l’immeuble de faire vérifier tous les compteurs d’électricité et leur bon fonctionnement. La partie s’interrompit rapidement sous les hurlements de rage de X-23 qui eut la bonne idée de passer sa frustration dans un oreiller du lit plutôt que dans la télé. Reposant sans douceur la manette sur la table lorsque la télé s’éteignit subitement sans crier gare, elle sauta sur le lit et enfonça ses griffes d’adamantium dans l’oreiller de Jack. Celui-ci se vida lamentablement de ses plumes sur la couette et le deuxième oreiller tandis qu’X-23 se redressait brusquement pour feuler comme une tigresse contre les bruits de conversations qu’elle entendait derrière la porte d’entrée. Le propriétaire et le technicien de maintenance s’éloignèrent et la mutante entendit leurs pas et le trouble dans leur voix quant à cet ‘énorme chat au feulement étrange que Monsieur Cooper semblait garder derrière sa porte’. Portant sur le mur un regard noir comme les ténèbres, elle pesta encore un moment contre tout et rien puis progressivement la frustration redescendit. Comprenant qu’elle devrait occuper sa journée autrement lorsqu’en allumant la télé, elle ne vit pas le jeu revenir sur l’écran, elle partit dans la salle de bains et en ressortit une heure plus tard après avoir transformé comme à son habitude la minuscule salle de bains en hammam.
Jack allait râler pour le coussin, la manette pas rangée et la salle de bains mais… disons qu’elle avait des circonstances atténuantes pour aujourd’hui !

Une fois sortie dans la rue et après avoir copieusement insulté à voix basse, comme le lui avait enseigné Jack pour s’éviter des problèmes, les deux hommes postés près de l’entrée, X-23 emplit ses poumons de l’air de la rue et jeta un regard panoramique sur ce qui se passait autour d’elle. Une fois assurée qu’elle n’était pas observée par quelqu’un de suspect et que personne ne parlait d’elle autrement que comme la -je cite ouvrez les guillemets- petite pute brune aux yeux glaçants avec sa mini-jupe en jean et son t-shirt crème qu’on arracherait bien pour en tâter le dessous -fermez les guillemets-, ce qui était généralement la seule façon dont on parlait d’elle lorsqu’elle s’aventurait dehors ; la mutante se sut aussi en sécurité que n’importe quel citoyen de New York et décida d’aller découvrir d’autres quartiers de la ville que celui de Jack. La ville était immense et si elle devait un jour prochain, il était toujours possible que cela arrive, faire face à un poursuivant du Projet encore vivant malgré l’inondation massive, elle devait savoir se repérer mieux que quiconque dans ce labyrinthe de rues et d’avenues. La reconnaissance du terrain ne faisait pas partie de sa mission à Alkali Lake, elle avait déjà tous les plans nécessaires lorsqu’on la sortait de son caisson. Ici, dans cette jungle urbaine, elle était obligée d’improviser elle-même sa survie. Cela ne la dérangeait pas car elle avait développé depuis sa sortie une tendance à refuser pratiquement toutes les idées qui n’étaient pas d’elle et qui concernaient sa vie à NY. Jack faisait souvent les frais de son entêtement mais il avait appris à y faire avec elle, il n’y avait pas à dire. Son métier de profiler lui allait comme un gant et il avait en plus de cela, une capacité d’adaptation extraordinaire pour chaque situation qui se présentait à lui. Il savait parler à X-23 pour obtenir d’elle au moins le minimum syndicale. Il l’éduquait dans tous les domaines comme on éduque son enfant jour après jour. En échange, elle le faisait vibrer au lit, acceptait depuis peu d’aller faire les courses et quand elle le pouvait, elle ramenait de l’argent pour participer aux frais de l’appartement, de la bouffe et l’électricité. Etait-ce utile de préciser qu’elle volait cet argent ?

Certes, non.
Ce que Jack ignore ne peut pas lui faire de mal. C’était son dicton.

C’est sur cette pensée qu’elle s’engouffra dans la bouche de métro de l’autre côté de la rue qu’elle longeait depuis une heure. Cette invention étrange et pratique qu’était le métro n’était pas le transport préférée d’X-23 qui y développait une certaine angoisse sourde à se retrouver six pieds sous terre en compagnie de parfaits inconnus dans un train faisant un bruit de tous les diables et sentant la sueur chaude et les corps mal lavés dans certains coins. Et il y faisait toujours une chaleur monstre. Et on n’y rencontrait jamais personne. Et les gens y faisaient constamment une gueule à faire déprimer un clown. Non, décidément, la griffue n’aimait pas le métro. Mais il avait ce côté pratique de la transporter dans tous les coins de la ville en quelques minutes à peine. C’était un avantage non négligeable depuis qu’apparaissait chez elle des pointes de flemme, qu’elle s’empressait d’ailleurs de virer à coups de pieds au cul. Il était hors de question de mollasser chez Jack et de se transformer en mutante avachie. Elle était une tueuse, une combattante, une guerrière hors pair et elle entendait bien le rester encore un moment !

Les portes se refermèrent juste derrière ses longs cheveux bruns et X-23 lança un regard à la rame. Elle était seule, à l’exception d’un homme assis à l’autre bout. Elle lui accorda trois secondes de son attention avant d’attraper la barre la plus proche et de s’y tenir. S’asseoir ? Il n’en était pas question. Elle préférait rester alerte, libre de bondir si un danger survenait. Et malgré toute la rudesse dont elle était capable en tant qu’ex-femme soldat, imaginer tous les culs qui s’étaient posés avant le sien sur ce siège l’insupportait. Bizarrement elle ne souffrait en revanche pas tant que ça de toucher les barres métalliques qui permettaient de se tenir, barres qui étaient tripotées à longueur de journée par des mains plus sales les unes que les autres. Cela la rebutait moins. Parfois, il ne faut pas chercher.
Le métro roulait depuis trois stations et personne n’était monté à bord ou descendu depuis qu’X-23 était grimpé. Coïncidence avec l’arrêt brutal qui s’ensuivit et projeta la jeune femme sur la rangée de sièges devant elle ? Peut-être. Mais en se relevant, elle n’était pas d’humeur à jouer aux jeux de hasards ni à lire son horoscope. D’ailleurs c’était stupide, elle n’avait même pas sa date de naissance !

Sentant monter une vague de colère, la mutante serra les mâchoires et expira lentement par le nez. C’est alors qu’une voix s’éleva dans le plafond de la rame.

« Mesdames, Messieurs ! Le métro est momentanément arrêté suite à un accident humain sur une des voies. Une équipe a été jointe pour dégager le plus rapidement possible les voies. Nous vous remercions de bien vouloir patienter durant la durée des opérations et de ne pas tenter d’ouvrir les portes. »

La communication s’interrompit. X-23 passa ses deux mains sur son visage et soupira.

« C’est pas ma journée… »

_________________

« Will you see the Beauty or the Beast? »
Spoiler:
 


Voter pour le forum vous rapporte des points de mutation, n'hésitez plus ! C'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: You're kidding right?! - Remy Lebeau   Ven 5 Aoû - 20:13

[Remarque: dans le comic original (en version anglaise donc) Gambit utilise souvent du français (et très mal, d'ailleurs) pour marquer ses origines de cajun. Pour garder le trait, je vais glisser des mots en anglais, histoire de, même si ce n'est pas l'idéal. De plus, je tiens à préciser que le style vulgaire de la narration est totalement assumé, c'est pour coller au personnage. Cependant, je vous assure que je suis capable de faire « pas vulgaire » ]



Je prenais des vacances, d'accord? C'est pas un crime, non? Tout le monde prend des vacances!!
Sauf que, Remy, mon potoss, t'es pas tout le monde.
Ouais et alors? J'emmerde le monde.
D'accord, si tu veux... Sauf que pour prendre des vacances, il faut déjà avoir un boulot, à la base.
Ecoute, p'tit malin, je prends des vacances d'avec moi-même, ça te va? Donc, toi, mon moi interne, ce truc qui s'appelle conscience, tu prends tes valises et tu te casses à Bora-Bora ou Tombouctou, m'en coutre-fous. Du balais, la vieille folle!!!

Nan, mais oh...
D'ailleurs, depuis quand j'ai une conscience, moi?


Remy ressassait des pensées assez étrange avec lui-même, affalé dans le métro, tandis qu'il écoutait la musique contenu sur un lecteur MP3 qui était com-me-par-ha-sard tombé dans sa main. Ce n'était pas le dernier modèle sorti, ce petit bijou de la technologie moderne ultra plat qui fait musique, mail, appareil photo, agenda, ketchup, lasse vos chaussures et vous torche le cul. Nan, juste le « vieux modèle d'il y a six mois »... Puisque son ancien possesseur s'en plaignait, Remy allait être son obligé en s'en débarrassant. Remy aimait rendre service. Remy était un gentil garçon, mine de...

Ouais, fallait pas déconner non plus... Le répertoire contenait pas mal de trucs pourris, genre techno-digitalo-pump-it-all-boum-boum à la con, mais une fois que le mutant eut trouvé les fichiers AC/DC, il ne put contenir un grognement satisfait. Il se sentait d'humeur rock-old-school aujourd'hui. Il s'étira longuement, comme un chat au réveil et cala ses longues jambes devant lui, profitant de l'espace. C'était rare, une rame aussi peu bondée, surtout dans la ville de New-York, la Big Apple qui ne dormait jamais. Cependant, Gambit avait décidé de prendre des vacances, avec lui-même. Ce qui voulait dire, pour une fois, ne pas être dans sa propre peau, mais se comporter comme un type normal. Le genre de mec qu'il aurait être si sa vie n'avait pas été aussi merdique.
Ignorant les consignes de sécurité, surtout qu'il n'y avait qu'une personne dans la rame aussi loin de lui que possible, l'homme se roula une clope de tabac premier prix et l'alluma. Les yeux fixés sur le plafond du métro, couvert de tag – à se demander comme les gens avaient pu faire ça, entre les cahots des rails et les regards des autres – Gambit s'amusa à s'imaginer une autre vie.
Il aurait été fils unique, élevé par sa mère abandonnée par son père, vivant dans un petit appart' pas très chic, mais pas minable pour autant. Mommy aurait été serveuse dans un Daily, ou caissière au supermarché du coin. Un boulot fatiguant, mal payé, mais gratifiant pour elle, malgré ses plaintes. Lui aurait été scolarisé au bahut de banlieue, où il aurait rejoint une bande de jeunes comme lui. Plutôt tire-au-flanc, mais pas forcément le sale môme qui s'attire des problèmes. Juste une grande gueule. Avec un skate. Remy aurait adoré apprendre à faire du skate, aussi de se manger des mandales quand il n'avait pas les doigts assez fins et légers. Après... bah, il n'aurait sûrement pas fait d'études. Un métier manuel.. Mecano par exemple. Ouaips, ça lui aurait bien plus, d'être mécano.
Mais il n'était rien de tout ça, juste une sorte d'orphelin en cavale depuis son adolescence, avec le cul bordé de nouille pour ne pas s'être fait chopper par la police depuis. Faut dire qu'il n'était pas spécialement sage...

Et voilà, maintenant, il prenait des vacances. Etre en vacances de soi-même, dans le cas de Gambit, c'était arrêté de se poser des questions débiles, comme par exemple, pourquoi le métro était vide.. C'était aller à Chinetown se manger un bon canard laqué et aller à la piscine, bien qu'il n'eut en sa possession, ni serviette, ni maillot de bain. Pour le moment. Aujourd'hui, pas de prise de tête sur la question mutant, pas d'ordre de Mystique, pas d'espionnage ou de filature. Remy alla jusqu'à s'imaginer qu'il devrait s'inventer un nouveau nom, pour se fuir encore un peu plus. Cependant, le voleur n'avait pas trop d'imagination, là, maintenant, tout de suite. Se trouver un nom qui avait la classe, ne semblait pas super-zarb... Ouais, difficile...

Le Cajun en était arrivé là de ses pensées, soupesant le «Kyle» contre le « Ben » ou, plus exotique, le « Dimitri », quand le métro commença à freiner, un son strident lui vrillant les oreilles tandis que les roues de métal crissaient contre le support du même acabit, projetant des étincelles et arc d'énergies autour d'eux, dans le tunnel. Il y a encore peu d'années, Gambit n'aurait pu résister à l'appel de cette énergie, trop en écho avec son propre pouvoir, le forçant à l'absorber...Surtout que Gambit ne savait pas stocker cet afflux de pouvoir et aurait donc été forcé de le restituer séance tenante...

Le choc le projeta en biais, voltigeant à travers le wagon. Ses réflexes travaillèrent pour lui: sa main s'agrippa à une barre de métal tandis qu'un pied venait se poser sur un fauteuil, pour mieux encaisser le choc. Quand la courte et brutale glissade en avant se termina, Remy était étalé à terre comme un poulpe sur la plage, échoué, les bras en étoile de mer. Le tout avec grâce et délicatesse.
- « Putain de bordel de couilles d'enculé de mes deux d'enfoiré de fils de bâtard crasseux! »
Ah, la poésie à la Gambit.

Il se releva en se massant le coude – Et Dieu seul savait si cela faisait mal ! - sa fierté encore plus écorchée que sa peau, et tenta de se remettre de ses émotions. MP3, intact. Besace, toujours là. Mitaines, bien accrochées aux menottes. Ouais, ça allait, mis à part son basket gauche qui avait fait une tentative d'évasion à travers le wagon. Clopin-cloppant, Remy alla chercher la fille de l'air. Il se battait encore avec les lacets quand le message annonça qu'il était coincé.
- « Great. Perfect! » marmonna-t-il.

Ceci dit... la voix de la gentille madame n'avait précisé que les portes... pas les fenêtres.... Gambit n'aimait pas spécialement être enfermé, particulièrement dans un tube de métal enfoncé des mètres sous terre. Son ADN était peut-être mutant, mais pas mutant en taupe ou vers de terre!
Aussi entreprit-il de baisser une des vitres aussi sale que le cul d'un babouin du Zoo de Long Island, grasse comme le sol d'un fast-food d'Harlem et résistante à toute tentative de maniement comme une pute de Brooklyn.
- « Bullocks, ce n'est pas mon jour... »
Revenir en haut Aller en bas
Laura Kinney
Admin qui griffe et qui mord!
avatar

Bavardages : 309
Jour de mon arrivée : 27/05/2011
Âge réel : 25
Où suis-je? : Errant dans NYC

Carte d'identité
Job/Emploi: Ex-tueuse à gages
Niveau de maîtrise:
5/7  (5/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: You're kidding right?! - Remy Lebeau   Sam 3 Sep - 14:42


    Du bruit à l’autre bout du wagon attira l’attention d’X-23 qui tourna la tête vers le seul autre être présent dans la rame. Tout d’abord, elle le vit en équilibre sur un pied en train de se battre avec les lacets d’une chaussure qu’il avait dans les mains, sans doute celle qui manquait à son pied gauche. Il marmonnait dans sa barbe mais la mutante avait l’ouïe fine et développée par ses pouvoirs, elle entendit distinctement une langue qui lui était étrangère. Pas plus intriguée que cela, elle le rangea dans la case des touristes dont Jack lui avait souvent rebattu les oreilles avec leur appareil photo greffé comme ses griffes au niveau des mains et leur sale habitude de s’émerveiller des cabines téléphoniques et des taxis, en somme de choses banales pour un américain de classe moyenne. L’inconnu ne possédait ni l’un ni l’autre de ses talents, il parlait juste un langage qui lui était parfaitement étranger. Elle n’avait jamais quitté le sol américain de ce qu’elle pouvait se souvenir de ses missions. C’était toujours sa cible qui se déplaçait aux Etats-Unis et elle qui se chargeait de l’accueillir comme il se devait, avec un bon coup de griffe dans la carotide.

    Ne sachant pas trop quelle attitude il fallait tenir suite à l’annonce, X-23 s’assit de tout son long dans une des séries de sièges, étalant ses jambes interminables devant elle. Elle songea vaguement à fermer les yeux et à patienter pour la première fois de sa vie quand les jurons étrangers reprirent de plus belle, accompagnés du bruit d’une fenêtre qu’on essaie d’ouvrir. Mais en vain, constata-t-elle en penchant la tête en arrière pour voir ce que fabriquait l’inconnu. Le bruit ne pouvait venir que de lui, ils étaient seuls et elle était affalée sur une banquette. La position qu’elle avait adoptée (tête à l’envers et corps dos à l’homme) lui devenant douloureuse, elle se tourna pour faire face au reste de la rame. L’inconnu était en train de s’échiner sur une des fenêtres crasseuses du wagon et visiblement, le combat était perdu d’avance pour lui. X-23 ne chercha pas longtemps à comprendre pourquoi il s’épuisait ainsi. Il essayait d’ouvrir la fenêtre pour sortir de la rame. ET DESOBEIR A LA MADAME !

    Haussant les épaules, la mutante se dit qu’elle avait une technique beaucoup plus pratique, beaucoup plus rapide et surtout nettement plus efficace que gonfler ses petits bras de poulet comme tentait de le faire cet homme. Allait-elle l’aider pour autant ? Oh allez… Juste pour le plaisir de voir sa tête quand elle sortirait ses griffes. Celle de Jack avait été tordante. Elle pouvait encore se rappeler ce détail de frayeur et de fascination dans le regard qu’il lui avait jeté dans la ruelle.
    La jeune femme jeta ses jambes devant elle pour se lever et avança jusqu’à l’inconnu. Arrivée à sa hauteur, elle posa une main sur son épaule et l’écarta d’un geste ferme. Elle attendit qu’il la regarde, elle lui offrit un petit sourire et un léger hochement de tête négatif pour lui faire comprendre qu’il était dans l’erreur la plus totale. X-23 amena sa main devant lui, la tourna, la retourna, toujours sans prononcer un mot. Elle l’abattit ensuite violemment contre la vitre, faisant jaillir ses griffes indestructibles. Le verre se pulvérisa en petits éclats sous le choc et l’air chaud et sec du tunnel pénétra par l’ouverture. X-23 avait tourné la tête pour regarder son travail, elle se recentra sur l’inconnu. Un sourire satisfait flottait sur ses lèvres.

    « C’est comme ça qu’on fait. Quand on veut que ça fonctionne. » annonça-t-elle.

    Et sans attendre que l’inconnu lui réponde, la jeune femme retourna s’allonger sur sa banquette (oui, elle se l’était appropriée…) et guetta le bruit d’un homme passant par une fenêtre. Le suivre ? Il n’en était pas question pour l’instant. Jack lui avait demandé d’être discrète, cela passait par éviter de se faire remarquer en remontant toute la rame de métro alors qu’on a été interdit de sortie. D’ailleurs… X-23 ouvrit ses yeux en grand et scruta l’intérieur du wagon. Elle prononça une bordée de jurons en apercevant le petit objet blanc et noir planqué dans un coin du plafond. La caméra avait certainement filmé son petit exploit vitrier… Elle repasserait pour la discrétion.

    Jack allait encore gueuler.

    La mutante se rallongea, cherchant quels arguments elle pourrait trouver pour justifier son coup. L’humiliation de la gente masculine ? Pas sûre que Jack l’accepte, même s’il comprendrait aisément qu’elle se soit lancée là-dedans avec enthousiasme.. Elle ne manquait jamais une occasion.

    Bah ! Elle prendrait l’air penaud du chaton qui a fait une connerie et elle se serrerait contre lui pour un câlin. Il ne résisterait pas à ça… Very Happy

_________________

« Will you see the Beauty or the Beast? »
Spoiler:
 


Voter pour le forum vous rapporte des points de mutation, n'hésitez plus ! C'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: You're kidding right?! - Remy Lebeau   Lun 5 Sep - 15:54

Le premier réflexe de Gambit, en sentant la main de la fille sur son épaule, avait été de lui envoyer son coude dans la tronche. Non, il n'aimait pas ce contact-là. En général, cela ne le dérangeait pas qu'une jolie femme se mit à le tripoter. Mais là... Pour un peu, elle l'aurait pris par surprise, s'il n'avait pas noté son mouvement du coup de l'oeil. Fallait dire, avec la « foule » ambiante, le moindre geste ne passait pas inaperçu.

Il se retint donc de justesse, maîtrisant son amorce de mouvement en un grattage de couilles en bonne et due forme, tandis qu'il la regardait massacrer la pauvre vitre innocente à coup de griffes en métal.
- « Intéressant... » conclut-il en poussant les débris du bout des pieds. « Totalement inapproprié et entièrement « m'as-tu vu », mais intéressant »... » Ce commentaire placide était sa façon à lui de la remercier, alors qu'il s'appuyait contre la cloison de la rame du métro pour fumer sa cigarette. A vrai dire, il avait eu pour plan initial de partir, n'ayant absolument pas peur de se balader à pieds dans les couloirs ferrés de l'underground new-yorkais. Ce n'était pas comme si c'était une nouveauté pour lui... Mais la présence de cette petite babe le poussait à rester. Aaah, la curiosité allait le tuer, un de ses quatre.

Il la garda à l'oeil, pendant qu'il patientait, musique aux oreilles, clope à la main... jusqu'à ce qu'elle jurât... et copieusement par ailleurs. Pff, ces filles modernes, aucune distinction... Certes, ce commentaire, venant d'un homme qui n'avait aucune éducation sauf quand il voulait bien s'en donner la peine... M'enfin, ce n'était lui qui était dans les emmerdes, maintenant... pour une fois.
- « T'es dans la mouise, hein? La prochaine fois, tu réfléchiras sûrement avant de faire usage de tes pouvoirs à tout va. Ça serait très con que tu te retrouves en prison pour dégâts sur propriété de la ville de New-York, n'est-ce pas? »
Gambit soupira lourdement. Adieu journée de congés... Voilà maintenant qu'il se retrouvait à faire du recrutement durant ses loisirs. Bah, Mystique avait intérêt à être fière de lui... sinon.... sinon, il boudait...

- « Qu'importe ta force. Si tu n'es pas un tantinet discrète, tu vas passer des sales moments, dans cette ville... Il faut apprendre à te contrôler, tout comme tu le fais pour ton pouvoir. Tu as montré que ce dernier point, tu étais au top... Donc, ça ne devrait pas être trop difficile de t'appliquer cette leçon, pumpkin, non? Enfin, j'dis ça pour toi. Moi, les emmerdes, j'ai appris à les éviter... sauf quand je veux les susciter... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You're kidding right?! - Remy Lebeau   

Revenir en haut Aller en bas
 
You're kidding right?! - Remy Lebeau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Legend :: New York City :: Station de métro-
Sauter vers: