AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Dim 31 Juil - 15:48


    Un proverbe disait : « un esprit sain dans un corps sain »… C’était un mensonge… Ou plutôt, il y avait une exception à ce dicton. Cette expression, c’était Kelly McGrath. Sans parents, sans amis, sans conjoint. Asociale de premier rang. Malade mentale… Pour faire simple : un esprit malade, torturé et irrécupérable dans un joli corps bien entretenu… Bien sûr, elle pouvait se libérer de ces maladies, mais pour un laps de temps bien limité. Elle l’avait fait quelques instants auparavant avec la femme de ménage de son hôtel. Malheureusement, les symptômes revenaient… A chacun de ses pas, elle sentait comme un poids s’installer dans son cerveau de génie… Des voix, encore des voix… Cette satanée schizophrénie était revenue, couplée de son amie la paranoïa… Oui… Kelly avait peur… Elle regardait sans cesse autour d’elle, dans l’ascenseur… Il n’y avait personne, mais il y avait quelqu’un… Cette personne lui en voulait… C’était elle qui rapprochait les portes métalliques de son corps afin de l’écraser… Oui, cette personne, elle la sentait se faufiler comme un lézard à ses pieds… Dans son dos… Au-dessus d’elle… La folle posa une main crispée sur la rampe… Le temps passé dans cette toute petite cage de métal lui paraissait être une éternité… Et ces crissements… Un fantôme ?!! Toute tremblante, la jeune femme se plaqua contre la face opposée aux portes, effrayée comme tout.

    « C’est toi grand frère ? Pourquoi tu rapproches les murs ? NE ME TUE PAS ! »

    Ses yeux s’emplirent de larmes, elle eut un violent sursaut de peur lorsqu’elle entendit les portes s’ouvrir… Elle ne cessait de trembler… Ses yeux bruns respiraient la crainte, son cœur battait à la chamade… L’ouverture des portes lui apparut comme une libération, elle se précipita à vive allure en dehors de ce lieu de torture… Elle aurait du prendre les escaliers… Mais le fantôme ne l’aurait-il pas poussée afin qu’elle s’y tue ? Kelly courut vers la sortie de l’hôtel, en se tenant la tête et en poussant des cris abominables… La réceptionniste la regarda étrangement, la mutante lui adressa un regard furieux de psychopathe… Ce n’était pas son frère la coupable, c’était la réceptionniste… Cette femme n’avait jamais pu la sentir de toute façon, ça se voyait… Elle faisait comme si elle voulait savoir ce qui se passait mais elle était sans doute une tueuse à gage ! Ou pire… Un agent de la CIA envoyée pour la liquider ? Elle avait une sale tête en plus. La paranoïaque pesta tout bas :

    « Vivement qu’on te vire… »

    Elle poussa les portes de l’hôtel, et poussa un soupir de soulagement. Et puis tout à coup… Elle se retrouva figée sur place, les yeux effrayés… Par tous les diables, quel… Quel monde fou ! Les gens grouillaient de partout, allaient et venaient dans tous les sens… Bien évidemment, Kelly était persuadée qu’ils la regardaient tous. Suite au conseil imaginaire donné par son ordinateur portable, elle avança, tout doucement. De toute façon, elle était habillée comme le serait une jeune femme de 20 ans. Un débardeur bleu marine avec par-dessus son cuir noir, un jean bleu-clair évasé au niveau des pieds, des converses et un grand cabas violet foncé. Ses cheveux roux plus ou moins coiffés masquaient ses yeux noisette qui bifurquaient de droite à gauche… Mais pourquoi tous ces gens lui en voulaient-ils ? Et qu’avaient-ils à tous la regarder ? Elle se sentait épiée et elle n’aimait pas cela… Elle avança, de plus en plus vite… Son ordinateur lui criait qu’elle était suivie, qu’elle devait faire très attention ! Elle murmura alors :

    « Qui me suit ? »

    Elle jeta un regard furtif derrière son épaule… Il y avait tout un tas de gens ! Les yeux baignés de larmes, Kelly se mit à courir, courir, pour aller vers la station de métro la plus proche. Et là, elle eut une crise de fou-rire, son attitude changea subitement. Elle savait qu’elle courait vite, et de ce fait les gens ne pourraient pas la rattraper ! Cela la rendait tellement euphorique qu’elle se cogna la tête dans la porte de la station. Elle y entra, s’engagea sur les tapis roulants pour rejoindre le bon quai, et passa son badge d’abonnée sur l’appareil adéquat… Elle riait toujours, au grand étonnement des gens qui filaient comme des flèches… Stupides gens oui, je vous emmerde semblait dire son regard. Elle se calma d’un coup en arrivant sur le quai. Il n’y avait pas trop de monde… Et le métro passerait bientôt, d’après l’horloge. Elle posa sa main sur son sac, et crut y sentir quelque chose bouger. Encore son ordinateur. Kelly lui jeta un regard furieux et maugréa :

    « Arrête voir un peu… »

    Il lui disait qu’elle verrait bientôt quelqu’un de cher apparaîtrait sous ses yeux. C’est ça, ouais… Soudain, elle eut une hallucination visuelle et auditive :

    « Hé, Kelly ! Kelly ! »


    L’interpellée leva la tête. Son frère était là, debout, sur la rame où passerait le métro. La rousse s’approcha… Avec méfiance… Elle lui souffla :

    « Mais qu’est-ce que tu fais là ?
    - Je t’attendais, c’est tout ! Viens, j’ai quelque chose à te montrer !
    - Sur la ligne ?
    - Oui !
    - Mais c’est dangereux !
    - Je t’ai toujours protégée Kelly, et aujourd’hui encore je le ferai… Rassure-toi, tu ne crains rien… »

    Sans se poser de question la jeune femme s'élança en direction de son hallucination. Or, on entendait déjà le métro arriver, on pouvait même voir les phares brillants se rapprocher de plus en plus… Les gens assistaient à la scène, interloqués et impuissants… Qui pourrait donc sauver cette pauvre fille ? Mais Kelly n'en était pas consciente, elle déclara juste, toute étonnée, sans se rendre compte qu'elle allait se faire broyer par un monstre de fer :

    « Grand frère ? Où es-tu passé ? »



Dernière édition par Kelly McGrath le Lun 1 Aoû - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hassan El Ahlam
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 18
Jour de mon arrivée : 25/07/2011
Âge réel : 36

Carte d'identité
Job/Emploi: Archéologue
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Lun 1 Aoû - 9:12

« Si dans dix minutes elle se pointe pas, je me casse »

Cette phrase résonnais avec aplomb dans mon esprit. Cela faisait 30 minutes que j’attendais cette magnifique femme ,une certaine « Emilie ». Je l'avais rencontrer après une petite balade dans Central Park. Elle lisait un livre sur les divinités égyptiennes. Quoi de mieux pour draguer une somptueuse créature que de déballer toute sa culture acquise au prix d'année d'études acharnée ? Bah,plein de chose en fait... Cependant,cette Emilie sembla intéresser par mon long discours sur "qui a enfanté qui chez les dieux d'Égypte" et me proposa un rendez vous. Ignorant l'adresse de tout les restaurant de la ville, cette magnifique brune au yeux bleu me donna rendez vous au métro de la ville , pour ensuite me guider vers l'un des meilleurs restaurant japonais de la ville. C'est ce détails qui as dus me leurrer. Sois je pense avec mon entrejambe,sois avec mon estomac. Il serait plaisant qu'un jours mon cerveau soit solliciter.

« Elle ta poser un lapin » Chantonnais mon inconscient…

C’est typique de moi ça. Il suffit qu’une belle femme m’inspire de par l'harmonie de son visage et je lui fait confiance aveuglement. Sauf que la,j'avais inspirer n'importe quoi. Les yeux bleu et les sushis m'avait déstabiliser,et perdre tout sens du rationnelle. Nan mais franchement. Tu n'as pas son numéro,il est 23h et tu espère quelle va venir ? J'étais vraiment naïf a ce point ? Au point de me rendre dans une vielle station de métro qui dans la nuit se voyait peupler de clochards pouilleux se disputant avec leur bouteille d'alcool discount et de prostitués siliconer sur-maquiller qui me proposèrent à maintes reprises leurs services ?


« Ah tien, t’aura qu’à aller en voir une au cas où elle s’amène pas ! »

Non, je ne suis pas du genre a fréquenter des filles de joie. Cependant, il est vrai qu’un peu de compagnie et de tendresse m’aurait détendue.

« Achète un chat si c’est se que tu veux… »

Elle avait intérêt à venir, ou cirque ambulant devait pointer son nez, histoire de me tirer de ma discussion avec mon inconscient. Le cirque, sa m'aurait vraiment plus. Sa faisait longtemps que je n'avais vue ni jongleur,ni clown ,ni tigre.
Tien ? Un signe ? Dieu m’envoie une pauvre fille complètement ivre marchant en titubant, complétement hilare murmurant également à son inconscient ? Elle était rousse,de taille moyenne. Assez joli d'ailleurs. Bon,on dirait que sont coiffeur est atteints d'épilepsie , mais elle est tout de même belle.
Dois-je aller l’aborder ? Non, en fait, elle va jouer le rôle du cirque que j’attendais. Quoi de mieux que de voir une joli fille ivre faire des conneries en publique ? Plein de choses en fait...
Quelle barge celle-là. Elle parlait à son sac comme les vieux parlent à leur caniche. J'avais même l'impression quelle croyais qu'il était vivant et qu'il bougeais. Oui,des fois j'ai des drôles d'impressions.
Nan mais qu’es ce qu’elle fout la ? Elle s’approchait peut a peu de la rame... Comme si quelqu’un l’invitais à se suicider sur la voie ferrer. Elle était surement sous l'effet de LSD ou de champignons. Je connais bien ces ptits truc moi. L'esprit délire complétement et on rêve éveiller. On n'as plus conscience du danger , on se croient invincible.
Merde, le métro approchait. Et elle était carrément sur la rame maintenant. Elle parlait toujours un une illusion,et elle était maintenant a genou. J’attendis une réaction de sa part … Au lieu de ça , les gens assistèrent, effarer, au délires d’une jeune femme condamné a mourir écraser par un métro :


« Grand frère ? Où es-tu passé ? »

Condamné, c’est un grand mot. Je n’allais pas laisser cette droguer qui hallucinait crever comme ça.
Je figea le temps , mais pris la peine de réfléchir avant de la sauver. J’avais appris au court de ma vie qu’il est simple de déstabiliser « l’ordre des choses ». Si je sauvais cette femme qui devait mourir, peut être allais-je causer la mort du président ? Ou autre péripétie du genre ?Bon, je me résolu quand même a la sauver. Elle était belle en plus. Si dans un futur proche elle était responsable d’un truc grave qui n’aurait pas dus se produire, je n’aurait qu’à remonter le temps et la laisser mourir. Immorale ? Non, sage.
Je me dirigea vers elle. Je l’avait figer dans une position de terreur absolu. Elle scrutait autour d’elle,comme a la recherche d’un guide disparu. Elle m’attrista. Non mais qui était elle ? Une accroc a de puissants hallucinogènes ? Une évadée d’asile ? Si après l'avoir sauver elle me bondissait dessus en hurlant des trucs du genre "Un assassin ! Aider moi !" . Je serais sérieusement dans la merde la.Qu’importe. Elle était déconcerter, et je pris la responsabilité de la sauver pour en savoir plus a son sujet une fois le temps remis à la normale.
Je la pris dans mes bras, comme un prince charmant porte une princesse (Le prince arabe cultivateurs de cannabis et la princesse tarer hilare qui hallucine ! Sa ferait un titre de compte génial…) , puis, je la déposa sur le quai et remonta a mon tour. Je la repris et l’installa sur un siège. Je m’assis et… Play. J'ai toujours trouver impression le choc que fait une remise sur "Play" du temps. Comme un décalage horaire a l'extrême. Le train, qui il y as 2 seconde était immobile , passa devant nous a une vitesse incroyable. Sa me fait toujours un effet,entre l'émoi absolu et la terreur parfaite.
Elle poussa un hurlement, surement celui qu’elle comptait pousser avant sa mort. Les gens autour qui scrutait précédemment les rails se retournèrent vers elle, puis, se dispersèrent. Bande de cons. Aucun d'eux n'aurait bougé le petits doigt. Au lieu de sa , il aurait laissé cette fille mourir devant leurs eux pour avoir quelque chose a raconté qui ferait d'eux des petit New-Yorkais intéressant. J’entendis l’un d’entre eux marmonner :


« Foutu mutant, on s’inquiète pour eux et il se sort des galères tout seul… »


Bon, on l’avait pris pour une mutante teleporteuse, et ne m’avait pas remarqué, se qui était une bonne chose. Cela aurait était le comble qu'en plus,sauver cette folle mit fin au secret qui pesait sur ma mutation ! Âpres tout se que j'avais mis en place pour que personne ne sache que je maitrisais le temps,cela aurait été un gâchis fous !

« Enchanté, moi c’est Hassan et je vous ai sauvé la vie. Vous vous appeler ? »

Elle mis un peu de temps à comprendre ce qui lui était arrivée..

...

Sur ce, la jeune femme se releva et se dirigea vers un distributeur a proximité. Elle tremblait encore, chose compréhensible.

« Vous savez, ce n’est pas chose courante de se faire sauvez la vie par un inconnu, vous pourriez me remercier non ? »


Ah, oui, il n’y as pas à dire ,j’aime que l’on me remerci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Lun 1 Aoû - 13:33

    « Grand frère ? »

    La voix de Kelly s’était élevée… Et ne résonnait pas. Pourtant, dans les stations, les ondes résonnent… C’était comme si le temps s’était arrêté. La rousse était tombée à genoux sur la rame et regarda à sa droite, puis à sa gauche. Le métro qui arrivait… S’était arrêté ? Tout s’était arrêté ? La belle se mit alors à trembler de panique… La première question qui lui vint à l’esprit était : suis-je morte ? Tout était en suspens : le métro, le son, la lumière… Sauf elle. Elle pouvait bouger, trembler, pleurer… Mais son corps refusait… Elle était extrêmement effrayée, en plus de cela son frère avait disparu… Son ordinateur s’était calmé, son sac à main ne gigotait plus… La jeune femme ramena ses bras autour d’elle… Elle fixait le métro, les phares, et le chauffeur qu’elle pouvait maintenant distinguer. Tout à coup, elle sent ses pieds quitter le sol, elle se raidit. Quelqu’un la portait dans ses bras, mais elle n’osa pas regarder cet être humain… Car elle n’aimait personne. A part ceux qu’elle avait perdus en étant plus jeune… De plus, elle était bien trop tétanisée…Elle se laissa déposer sur le quai, elle tremblait de plus en plus. Puis ensuite, la bonne âme qui avait décidé de la sauver remonta à son tour. Et elle se fit porter, de nouveau. Et déposer sur un siège… Son regard restait fixe devant elle… Elle articula une suite de mots, sans rapport, ses pupilles étaient extra-dilatées :

    « Le cadeau… Le coléoptère… Précambrien méphistophélique… Règle des barycentres… Ulysse et le cheval de Troie… Faille inverse… Blouse blanche, blouse blanche, blouse blanche… »

    Ses yeux viraient à toute vitesse de droite à gauche, comme si elle rêvait… Tout à coup, le temps reprit son cours, le métro fit un fracas, les gens s’animèrent… Kelly poussa un hurlement dément en versant des lourdes larmes, tous les regards s’étaient posés sur elle… Elle les regarda d’un air à la fois dément et furieux… Que lui voulaient-ils, ces impropres malpolis… Ils lui en voulaient… Oui ça devait être ça… Bande de salauds… Ils auraient été contents qu’elle crève ! Un déchet de moins dans ce monde, c’est ça ?! Elle leur aurait bien transmis une de ses folies, mais ils filèrent dans le métro… Puis ensuite, un homme lui parla, il était assis à côté de lui. Il disait s’appeler Hassan et lui avait sauvé la vie… Grand bien lui en fasse ! Kelly ne le regarda même pas, elle fixait le métro encore en arrêt, puis se leva lors de la fermeture des portes… Elle ne comprenait toujours pas ce qui lui arrivait… En plus, l’homme a côté d’elle disait lui avoir sauvé la vie… Encore une hallucination? Son esprit fou s’était encore plus embué… Il valait mieux pour elle qu’elle se prenne une barre de chocolat… Et qu’elle se décharge de ses maladies. Sur quelqu’un… Ca tombait bien, une vague de passants arrivait justement. Elle aborda une jeune fille, assez naïve pour lui parler, en l’attrapant par la main –elle tremblait toujours autant. Elle venait juste de sortir du métro qui avait failli emporter Madness Queen.

    « Excusez-moi… Le… Le distributeur… Comment… Comment avoir quelque chose ? »

    Kelly était parvenue à aligner des mots… C’était un effort considérable. La jeune fille mit un certain temps à réagir, la mutante commençait à lui transmettre ses maladies, puis la jeune fille lui sourit, et lui demanda ce qu’elle voulait. Elle montra une belle barre de chocolat aux noisettes… La demoiselle se libéra de sa poigne, glissa une pièce dans la fente appropriée, appuya sur le numéro correspondant, et la barre tant désirée tomba du distributeur. Elle la donna à Kelly, cette dernière la glissa dans son sac. Elle prit ensuite les mains de celle qui avait bien voulu l’aider entre ses mains tremblantes… Et là, elle fit agir son pouvoir. Pour que cela ne paraisse pas suspect, elle articula, tentant de passer le plus de temps possible afin d’être lucide le plus longtemps possible :

    « M… M… Merci… Merci beaucoup… … … C’est réellement gentil de m’avoir aidée… Vous voulez sans doute que je vous rembourse ?
    - Non… Ca ira… Vous n’avez pas à… A…
    - Vous êtes sûre et certaine ? J’aimerais réellement vous remercier.
    - … »

    Transmission effectuée… Elle lui avait transmis sa schizophrénie, sa paranoïa et son asociabilité. Le contact avait duré quelques minutes, c’était suffisant pour retrouver de la lucidité ne serait-ce que pour un court laps de temps… Kelly poussa un soupir… Tout devenait clair. Elle était tombée sur la rame, le temps s’était arrêté, et quelqu’un l’avait remontée… Oui, c’était cela… Et cette personne c’était… L’homme qui disait s’appeler Hassan. A moins que ce ne soit une hallucination. Mais comme elle avait transmis sa schizophrénie, elle pourrait ainsi vérifier si son imagination avait créé un nouvel être ou bien s’il s’agissait d’une personne réelle. La rousse retourna donc vers le siège qu’elle avait quitté. Le dénommé Hassan était bien réel. Elle s’en fit donc une description rapide. Barbu, les yeux noirs, l’air pataud, assez mince… Et impatient de se faire remercier. En silence, Kelly retourna s’asseoir à côté de lui. Elle avait déjà ouvert l’emballage de sa petite douceur. Elle cassa la barre en deux, puis regarda son sauveteur. Elle lui tendit la moitié de la barre de chocolat. Elle déclara :

    « Désolée Hassan… Merci pour votre aide… Je n’aurais pas pensé que quelqu’un viendrait me sauver, de toute façon, qui aurait le courage de faire un effort pour son voisin… Ce qui m’a frappée, c’est la façon dont vous avez effectué ce sauvetage… Ah, j’oubliais : je m’appelle Kelly. »

    Kelly marqua une petite pause et regarda son interlocuteur droit dans les yeux. Pour une fois, les pupilles de ses yeux noisette n’étaient pas dilatées. Elle était lucide, mais pour combien de temps ? C’était le mystère de son pouvoir… En tout cas, ce qui était sûr, c’était qu’elle n’allait pas contaminer son sauveur, à moins qu’il ne décidât subitement de l’agresser… Elle ne tremblait plus, et n’entendait plus de voix. Ça lui faisait toujours bizarre d’être lucide… Enfin là, ça valait le coup : Hassan avait l’air doux et jovial, et n’avait pas vraiment la carrure d’un bagarreur. Tout comme elle, au final. Profitant du peu de présence qu’il y avait sur le quai, elle se pencha vers lui et lui murmura :

    « Vous êtes un mutant, n’est-ce pas ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hassan El Ahlam
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 18
Jour de mon arrivée : 25/07/2011
Âge réel : 36

Carte d'identité
Job/Emploi: Archéologue
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Mar 2 Aoû - 20:28

Femme bizarre.
Elle aurait pu me demander de quoi s’acheter du chocolat, pour ce que j’avais fait pour elle. Je pense qu’à partir du moment où quelqu’un ta sauver la vie, tu peux bien lui demander quelque cents pour s’acheter une bonne tablette.
Au lieu de ça, la rousse qui je vous le rappelle courait après son frère invisible il y a 2 minutes préféra demander l’aide d’une jeune passante. J’étais froissé. Non, je blague. Cependant, ce détails fit toute le différence, et me permis de consolider la théorie que mon intuition m’avait suggérer il y as deux minutes : Cette femme est une mutante. Pourquoi je pensais-ça ? Figer le temps est quelque chose de très simple, la preuve, le gamin de 12 ans que je fus y arriva sans problème relativement tôt. Cependant, pour arriver à stopper l’inévitable progrès temporel de notre cher univers, il faut déjà se concentrer sur les éléments apparents. Dans le cas ici présents, je parle du train, des passants, etc.


Figer un humain, c’est simple. Figer un train, encore plus, du fait que ce dernier n’est pas vivant. Cependant, figer un mutant est un peu plus difficile, ou du moins, on s’en rend compte quand on le fait.
Et maintenant, voilà que ma mutante présumé se met à tâter les mains de la personne qui eut la grâce de lui donner quelque pièce. Les tâter avec concentration ! Oui, je sais que c’est un peu gros comme théorie, mais quand on vit dans une ville ou une personne sur cinq est un mutant, il faut savoir être prêt. La jeune femme peut-être mutante revint s’asseoir à côté de moi.
Quelle sensation étrange eu-je alors. J’avais l’impression d’avoir complètement changer d’interlocuteur. Certes, le même physique, les même cheveux roux, les même yeux noisette. Cependant, son « aura » avait changé. Bon, je n’avais pas l’habitude de dire ça, pour moi, tout dépend de la posture, de l’odeur, du visage pour distinguer quelqu'un. Mais là, c’était carrément une autre femme qui m’adressa timidement la parole :


« Désolée Hassan… Merci pour votre aide… Je n’aurais pas pensé que quelqu’un viendrait me sauver, de toute façon, qui aurait le courage de faire un effort pour son voisin… Ce qui m’a frappée, c’est la façon dont vous avez effectué ce sauvetage… Ah, j’oubliais : je m’appelle Kelly. »

Yeah ! Elle m’avait remercié ! Me voilà revigorer et de bonne humeur ! Bon, cette fille qui sans ma présence aurait changé la couleur des rails s'appelais donc Kelly. J’aime bien se prénom, bien américain. Pendant qu’elle me fixa, mon esprit était en train d’élaborer des théories à propos de sa présumer mutation : -Huum, je pense qu’elle regagne en courage en touchant les jeunes filles. Non, sa le fait pas. – Huum , alors , elle doit tirer l’énergie vitale des gens quelle touche pour pouvoir vivre. Sa tien bien la route ! Et surtout, sa explique pourquoi elle ne m’aurait rien fait à moi, son illustre sauveur ! La petite Kelly me fixait de ses yeux noisette, et je ne savais pas vraiment quoi dire à la personne que je venais de sauver. J’entrouvris la bouche pour tenter de lui proposer un petit repas dans un resto au sein de la gare. Cependant, elle me murmura quelque chose qui dus me faire renoncer à ma proposition, du moins, dans immédiats :

« Vous êtes un mutant, n’est-ce pas ? »


Vlan ! Pourquoi les belles rousses ne peuvent-elle pas se contenter de manger un truc avec vous, de vous accompagner à votre appartement pour enfin vous faire l’amour ? Non, au lieu de ça, Mlle Kelly dus me mettre dans une situation délicate. Je mentais comme une merde, et je ne pouvais lui faire confiance, ne la connaissant ni d’Eve ni d’Adam. Bon, je ne peux pas réfléchir comme ça. Que personne ici n’ose dire que j’utilise ma mutation a tort et à travers. Je stoppai le temps afin de réfléchir. Je stoppa également la gonzesse, histoire d’éviter quelle ne me dérange. Bon, comment lui dire sa : -Oui effectivement, je maitrise l’écoulement temporel et j’ai figer le temps autour de nous afin de nous sauvez
Etant donné que mon esprit pensa à cette phrase en premier, c’est celle-ci qui sortit de ma bouche une fois le temps remis sur Play :


-Oui effectivement, je maitrise l’écoulement temporel et j’ai figé le temps autour de nous afin de vous sauvez. Vous aussi non ? , lui murmurais-je.

Eh bien, j’avais fait là un effort considérable. Rajouter les mort « Vous », « aussi » et « non » relevais de l’exploit. Au point où j’en étais, je pouvais bien me permettre de faire ça. La moindre erreur de sa part, et je retourne hélico ici pour la laisser se faire écraser. Afin d’appuyer mes propos, je figea le temps afin de faire « une pierre deux coups ». Réflexion faite, une pierre trois coups. En effet : La petite rousse allait comprendre que je ne blaguais pas. La petite rousse allait également me révéler si c’était une mutante ou non, du fait qu’elle avait la preuve que j’étais (peut-être) comme elle . Et enfin, la petite rousse allait pouvoir déballer son sac en doute discrétion, du fait que quand le temps est figé, les sons émis par les personne non affecter ne sont pas perçu par les « figer » (Qui dans le cas ici présent, était au nombre de 3). Aller, parle petite…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Mer 3 Aoû - 12:51

    Il en faut peu pour être heureux… Hassan illustrait bien ce proverbe. A peine Kelly l’avait-elle remercié qu’il semblait avoir retrouvé de la joie… En plus, il avait accepté de partager sa barre de chocolat. Remarque, c’était peut-être cela qui l’avait aussi rendu aussi joyeux. Mais étrangement, lorsqu’elle lui avait demandé s’il était un mutant, sa mine avait changé. Avait-elle touché un point sensible ? Apparemment oui. La rousse eut un petit sourire amusé, puis s’apprêta à croquer sa petite douceur… Et là, encore une fois, le même phénomène se produisit. La mutante ne pouvait plus bougée, elle était là, figée, mais avait tout de même conscience de ce qui se passait… Heureusement, elle avait toujours ses facultés mentales lui permettant de réfléchir. Cet homme était clairement un mutant. A en voir l’absence de mouvement et de phénomènes électromagnétiques tels que le son, il lui sembla évident de conclure que Monsieur Hassan était un chronokinésiste. Pouvoir intéressant, mais combien de temps pouvait-il arrêter le temps ? Ce dernier reprit son cours, et Kelly croqua violemment la barre de chocolat… Ce n’était pas voulu, mais elle avait tenté d’échapper à l’emprise de ce pouvoir. Résultat, elle avait failli se mordre les doigts. A peine eut-elle accompli ce geste que son interlocuteur lui confirma ses hypothèses. Il avait figé le temps pour la sauver. Kelly n’afficha aucune réaction particulière, même lorsqu’il lui demanda s’il était une mutante… Elle se contenta de constater qu’il avait figé de nouveau le temps… Sans doute pour qu’elle puisse parler tranquillement… La rousse sourit, amusée :

    « Vous avez vu juste… De toute façon je pense que vous avez du le remarquer… Je ne suis pas affectée par votre arrêt temporel, et je doute que mon pouvoir ne puisse y échapper… J’imagine que vous souhaitez savoir en quoi consiste mon pouvoir… »

    Kelly affichait une mine amusée… Hassan souhaitait jouer avec elle ? Très bien, alors jouons. S’il croyait qu’elle lui révèlerait tout sur elle, il se trompait… D’autant plus qu’elle était lucide, et qu’elle savait exactement comment tout dire en ne disant rien à la fois… Les secrets, elle connaissait, elle en gardait énormément au fond d’elle, c’était aussi sûrement pour cela que sa folie était hors-norme. Déjà son passé, ensuite cela… Beaucoup de gens devraient se réjouir de ne pas être elle… Bref, là n’était pas la question… Madness Queen, s’était volontairement tue, elle regardait Hassan avec amusement, tout en ayant l’air de réfléchir à comment elle allait tourner cela. Elle avait posé son index droit sur ses lèvres… Jusqu’à ce qu’elle ne trouvât la réponse :

    « Malheureusement, je n’ai pas envie de vous révéler ce qu’est mon pouvoir. Je vais vous laisser y réfléchir, j’espère que vous aimez les devinettes ! De plus, vous semblez être intelligent, je pense que vous trouverez la réponse de vous-même… Toutefois, je ne vais pas vous laisser résoudre cette énigme sans vous donner un indice… Et cet indice, mon cher Hassan, sera : chaque être est unique, mais lorsque je le veux et uniquement sur ma volonté, je peux rendre faire perdre son unicité à un être, qu’il soit humain ou mutant. Vous n’en aurez pas plus… J’avais pensé que vous aviez remarqué dès le départ, mais il semblerait que non… Vous devriez être un peu plus observateur, mais il n’est pas impossible que d’autres occasions se présentent afin que vous puissiez user d’une perspicacité supérieure à celle dont vous faites déjà preuve… »

    La belle lui afficha un clin d’œil, puis se passa la langue sur les dents… Elle ne voulait pas perdre une seule miette de son gâteau. Elle croisa ensuite ses jambes, puis ramena une mèche rousse derrière son oreille, révélant ainsi une jolie boucle dorée. Elle joignit ses doigts en regardant tout autour d’elle, puis reprit la parole :

    « Je suis impressionnée par votre pouvoir… Mais j’imagine que cela ne peut durer infiniment… A moins que vous ne soyez à votre meilleur niveau, bien sûr. Le pouvoir du temps doit être un don difficile… Moi je n’ai pas à me plaindre de mon pouvoir, à vrai dire c’est plus de moi dont je devrais me plaindre… Enfin, je ne vous en dirai pas plus… Vous vouliez sans doute me faire peur en me montrant l’entendue de votre pouvoir, il y a bien longtemps que j’ai cessé d’être effrayée par ce genre de menaces. A vrai dire, pour moi c’est comme un jeu. On a l’avantage ou on ne l’a pas. Tout à l’heure, vous aviez l’avantage. Maintenant, c’est moi qui l’ai. Cependant, rassurez-vous : je n’ai aucune intention de vous faire quoi que ce soit. D’autant plus que maintenant j’ai une dette envers vous. »

    Kelly rit doucement, puis regarda amicalement Hassan. Elle n’ajouta rien de plus. Elle attendait ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hassan El Ahlam
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 18
Jour de mon arrivée : 25/07/2011
Âge réel : 36

Carte d'identité
Job/Emploi: Archéologue
Niveau de maîtrise:
6/7  (6/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Lun 8 Aoû - 21:28

« Vous avez vu juste… De toute façon je pense que vous avez du le remarquer… Je ne suis pas affectée par votre arrêt temporel, et je doute que mon pouvoir ne puisse y échapper… J’imagine que vous souhaitez savoir en quoi consiste mon pouvoir… »

J’adore la naïveté. Ou peut-être n’était-elle pas naïve mais peut-être quelle se surestimais. Je n’ai jusqu’à présent croiser aucune entité capable de résister à mon arrêt temporel. Si madame pouvais bouger, c’est uniquement parce que je lui permettais. De plus, quand elle affirma que son pouvoir ne pouvais egalement resister a ma chronokinesie,je prit sa comme une menace. Ah,quesque vous voulez,je suis quelqu'un de mefiant. Oh oui ma grande je veut savoir en quoi consiste ton pouvoir ! Etant curieux,j’aurais vraiment aimer quelle me le dise, ou être télépathe, histoire de lui piquer 2 trois info dans sa tète de rousse.

« Effectivement, quelle est votre ‘’Don ‘’ ? »

Ma curiosité atteint son paroxysme, jusqu’à se quelle chuta brutalement avec mon appréhension pour la demoiselle. Elle avait repris ces forces visiblement (Comme quoi, on ne doit pas douter du pouvoir revigorant du chocolat) , assez pour me proposer une devinette. Je hais les devinettes. Pire que cette du Sphinx que je ne sue resoudre qu’a l’age de 14 ans, j’eu droit a la devinette suivante :

« Chaque être est unique, mais lorsque je le veux et uniquement sur ma volonté, je peux rendre faire perdre son unicité à un être, qu’il soit humain ou mutant »

Elle aurait pu me parler en coréen, j’aurais mieux compris sont charabia. Réfléchi mon vieux, Quesque sa peut bien vouloir dire « Perdre son unicité ». Qu’es qui fait de nous des êtres particulier ? Notre physique ? Non, bien sûr, nos pensée, nos idées etc. Donc, en allant dans cette direction, son don résiderait donc dans l’altération des sentiments, des convictions… Intéressant. La belle me sortit de mes reflexion intense en m’affichant un petit clin d’œil provocateurs, ou invitant au jeu. Sa me tue sa, je deteste se genre d’attitude. Mais bon faisons avec. Ça te fera au moins passer le temps. En fait non,du fait qu’il soit stopper… Se clin d’œil était en fait anonciateur d’un long monologue que la jeune Kelly entrepris, un long monologue qui me permit d’extraire des informations cruciale. Tout d’abord , ce n’est pas le genre d’idiote classique que l’ont croise dans toute les FAC. Non, cette fille était visiblement tres intelligente,et sont cerveau marchait a 2000 a l’heure. Elle venait tout juste de constater mes aptitude, que déjà elle émettait de nombreuse théorie pour esperer detenir un coup d’avance. Sans vouloir te decevoir ma joli , on ne peut rien faire contre le temps. Ensuite, elle charcait a comprendre a quelle point ma maitrise était elevée,surement afin de pouvoir en tiree partie prochainement. Cependant , la jeune femme me deçu beaucoup en estimant detenir l’avantage et considérer cette discussion comme un jeu. Je ne suis pas joueur ,et je détient l’avantage. Elle pensa cependant a rappeler quelle avait une dette envers moi, surement pour calmer l’ardeur quelle avec provoquer en moi et pour que je réponde de manière calme et posée. Je conclu donc en émettant la théorie selon laquelle j’affaire affaire a une petite maligne avec certaine aptitudes sociale. Si je voulais etre sur que tout se passerais calmement,je devait garder secret le fait que l’avantage était de mon coté.A mon tour Kelly :

« Bien Kelly,tu as vue juste. Mon pouvoir ne dure pas infiniment, et je n’ai aucune emprise sur les mutants »


Je devais me concentrer. Je n’étais pas douer pour mentir, et je devais lui faire croire que la balle était dans son camp.

« Ensuite, je n’ai jamais tenter de vous effrayer, juste vous mettre en confiance dans le cas ou vous seriez également une « Homo Superior », ou encore pour nous acordez un peu d’intimiter pour dialoguer. Votre devinette ma beaucoup plus (Encore un mensonge !) , et je pense l’avoir resolu : Votre dons réside dans l’alteration des comportement mentaux d’un être humain par contact physique. Ainsi,je pense qu’en touchant un individu, vous pouver le rendre froussard ,ou au contraire téméraire , grognon etc. D’où la perte d’unicité : Vous donner des point commun dans l’esprit de différentes personne . Ai-je tord ? Si oui, ne vous en étonnez pas, je ne suis pas doué en devinette. Je prend juste la peine de vous répondre parceque je n’ai rien de mieux a faire. Croyez-moi, si ce serait le cas, je serais déjà chez moi.Cependant, ne tardez pas trop a me révéler votre pouvoir,je ne tient pas a me lasser de vous. »

Cette derniere phrase sortit de ma bouche en meme temps qu’un petit sourire hypocrite. J’avais sur lui repondre,maintenant,a elle de me guider vers la voie de la raison

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly McGrath
Neutre de Classe 2
avatar

Bavardages : 41
Jour de mon arrivée : 30/07/2011

Carte d'identité
Job/Emploi: Tradeur amateur
Niveau de maîtrise:
7/7  (7/7)
Agenda des Relations:

MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   Mer 10 Aoû - 16:34

    Kelly s'amusait comme une petite folle. Elle adorait les devinettes, que ce soit pour les résoudre ou au contraire pour les énoncer. Bien évidemment, elle choisissait toujours les formulations les plus subtiles et les plus complexes, ce qui lui permettait d'évaluer en quelque sorte à quel point son interlocuteur était futé. De toute manière, elle avait remarqué à quel point Hassan était curieux… Toutefois, elle n'aimait pas ce genre de curiosité, car cela concernait tout de même ses pouvoirs. Elle n'aimait pas se révéler au grand jour, et elle n'aimait pas non plus connaître les gens… Oui, elle était très associable, c'était un peu ancré dans son caractère, en plus d'être une pathologie. C'était également pour cette raison qu'elle n'avait révélé ni son nom, ni son nom de mutante. La manipulation et le mensonge étaient ses spécialités, elle était obligée d'agir hypocritement afin d'être tranquille. Non pas dans sa vie quotidienne « humaine », mais dans son existence à part entière… Elle savait que le gouvernement convoitait son génie, pendant de longues années elle a servi de rat de laboratoire jusqu'à ce que son gène X ne se déclenche et que son système immunitaire soit résistants aux calmants et autres drogues médicales… De plus, bien qu'il l'aie sauvée, elle ne connaissait pas plus que cela son interlocuteur, il fallait donc qu'elle se montre prudente. Pour bien connaître une personne, il fallait la faire parler et la manipuler, c'était ce qu'elle faisait. Surtout face à un chronokinésiste. Il fallait être très doucereuse… Et faire façade. Être dure comme un roc. Rien de plus facile avec des années d'expérience. Kelly attendait donc la réponse du mutant.

    Il lui confirma d'abord que son pouvoir ne durait pas infiniment. C'était sûr, chacun a ses limites, et le temps devait être difficile à contrôler. La suite de cette phrase l'interpella un peu. Il affirmait que son pouvoir n'affectait pas les mutants… Vraiment ? Alors comment se faisait-il qu'il était parvenu à stopper son mouvement et à l'immobiliser physiquement sur la rame ? Ainsi donc, Hassan était un vilain petit menteur… Il se méfiait d'elle. Il avait de quoi quelque part, car sa folie risquait de resurgir à tout moment… Il fallait donc que la rousse décortique chacune de ses paroles pour le prendre au mot. Elle ne l'interrompit pas, elle le laissait poursuivre quant à ses hypothèses à propos de son pouvoir à elle. Ce qu'il disait était presque correct, quelques erreurs résidaient dans son discours. Il déclara ensuite qu'il répondait à cette devinette car il n'avait rien de mieux à faire, et qu'elle avait intérêt à tout lui révéler sans quoi il se lasserait d'elle. Sympathique, pensa-t-elle en remarquant son sourire. Elle sourit à son tour avant de répondre :


    « Vous êtes un menteur. »

    Elle rit doucement. Il voulait se moquer d'elle de cette façon ? Il serait servi, elle allait lui faire royalement la barbe. Elle le considérait d'un drôle d'air, ses yeux noisette avaient une expression… Étrange. Ils se voulaient être perçants. Elle s'était rapprochée de lui, et avait tiré de son sac un énième casse-tête. Elle en avait tout une collection. Elle commençait déjà à le résoudre, en l'ayant regardé quelques secondes. Ses doigts s'agitaient déjà, alors qu'elle parlait en fixant Hassan comme le ferait un cobra royal.

    « Si votre pouvoir s'affectait pas les mutants, je n'aurais pas été immobilisée par votre pouvoir, en plus d'être prise de panique. Votre pouvoir affecte les mutants physiquement, mais peut-être pas mentalement ; je me moque de ce dernier détails car même les plus grands télépathes ont souvent du mal avec moi. De plus, je suis sûre qu'à mon moindre faux pas vous n'hésiteriez pas à remonter le temps pour me laisser me faire broyer par ce monstre de fer. Or, si vous le faisiez maintenant, un détail changerait. Lequel ? Je vous laisse deviner… »

    Le temps de déclarer cela, Kelly avait résolu son casse-tête. Ils étaient toujours aussi simples. La prochaine fois elle amènerait des équations mathématiques. Elle marqua une petite pause, elle souriait toujours. Elle poursuivit après avoir rangé son jouet.

    « Concernant ma devinette, je suis sûre qu'elle ne vous a pas plu. Vous êtes quelqu'un d'impatient, vous vous méfiez de moi et cela vous pousse, inconsciemment, à ne pas m'apprécier réellement. Mais malgré tout vous restez, cela signifie que je vous intrigue et que vous aimez perdre votre temps pour cela. Par contre, vous n'aimez pas perdre votre temps à résoudre des énigmes formulées avec beaucoup de subtilité. Vous aimez donc les mystères, mais qui sont à votre portée selon votre jugement. Aussi, je me demande quel métier vous faites dans la vie. Vous êtes déjà quelqu'un de très observateur, vous vous êtes prêté à résoudre un mystère concernant un être humain mais vous n'avez pas beaucoup de patience… J'en déduis que vous aimez découvrir des choses, vous êtes un grand curieux. Vous n'appartenez pas au corps médical, qui est un domaine méticuleux qui progresse lentement ; j'aurais pourtant pensé à une profession telle que médecin légiste. Non, je vous vois plus comme étant un archéologue ou quelque chose de ce genre. C'est peut-être pour cette raison que vous mentez si mal. Les archéologues, qu'ils soient spécialisés dans un domaine ou non, s'efforcent de dire la vérité sur leurs découvertes. Toutefois, vous, vous mentez. Surtout en ce qui vous concerne. Vous ne voulez pas que l'on vous découvre, vous avez sans doute beaucoup de choses à cacher… On a tous notre jardin secret, mais le vôtre semble être particulièrement cultivé, car quand on se présente on donne toujours son nom. »

    Kelly lui adressa de nouveau un clin d’œil. Elle continua à parler :

    « J'ai joué à votre jeu depuis le début. Comme vous ne me disiez rien de vous, je ne vous disais rien de moi. Si vous cessiez de mentir, je pense que tout serait beaucoup plus agréable pour nous deux, n'est-ce pas ? Je n'aime pas être hypocrite, mais votre attitude est tellement suspecte et contradictoire que je me suis amusée à en trouver les failles. Alors… - elle le regarda d'un air bienveillant et horriblement franc - Êtes-vous décidé à arrêter de mentir ? Vous êtes quelqu'un d'intéressant, ce serait dommage que j'aie une mauvaise image de mon sauveur en vous quittant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV Hassan El Ahlam] Une lumière au bout du tunnel ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
X-Men Legend :: New York City :: Station de métro-
Sauter vers: